Dans la brume Affiche France

Dans la brume

Titre International Just a Breath Away
Date de sortie 04 avril 2018Durée 1h 29min
Réalisé par Daniel Roby
Avec Romain Duris, Olga Kurylenko, Fantine Harduin, Michel Robin, Anna Gaylor, Réphaël Ghrenassia, Erja Malatier, Alexis Manenti, Maurice Antoni, Robin Barde
Genre Science-FictionNationalité Français, Canadien

Synopsis

Le jour où une étrange brume mortelle submerge Paris, des survivants trouvent refuge dans les derniers étages des immeubles et sur les toits de la capitale.
Sans informations, sans électricité, sans eau ni nourriture, une petite famille tente de survivre à cette catastrophe… Mais les heures passent et un constat s’impose : les secours ne viendront pas et il faudra, pour espérer s’en sortir, tenter sa chance dans la brume…

Pour regarder la bande-annonce VF Dans la brume

Pour regarder la 2e bande-annonce VF Dans la brume

Photos

Site Mars Films
Facebook
Twitter Mars Films

Informations

Le réalisateur québécois Daniel Roby a tourné 4 films. Comme le film d'horreur La peau blanche (2004) ou 3 épisodes de la série française Versailles (2015). Dans la brume est son cinquième film

L'acteur français Romain Duris a une cinquantaine de films à son actif. Cela va d'Arsène Lupin (2004) à Les poupées russes (2005). Il joua Molière dans le film du même nom (2007) puis L'arnacoeur (2010) avec Vanessa Paradis.

Olga Kurylenko est française d'origine ukrainienne, avec 41 films et séries TV à son actif. Elle a joué dans le premier film de l'adaptation du jeu Hitman (2007), la même année une autre adaptation de jeu, Max Payne. L'année suivante, elle est la James bond girl dans Quantum of Solace (2008) avec Daniel Craig. En 2012, elle joue dans The Expatriate avec Aaron Eckhart. elle tourne avec Tom Cruise dans le film Oblivion (2013). En 2014, le film The November Man avec Pierce Brosnan puis Code Momentum (2015).

Daniel Roby rejoint le projet

"Le producteur Nicolas Duval m’a envoyé le script. On avait le goût de travailler ensemble et il a pensé à moi pour ce projet. J’ai aimé le scénario puis il m’a présenté aux autres producteurs Guillaume Colboc et Guillaume Lemans. Qui est aussi scénariste et on a discuté de ce qu’on pourrait faire avec ce film. Ils ont dû aimer ce que j’ai raconté, car ils m’ont choisi après cette rencontre", explique Daniel Roby.
Le réalisateur ajoute : "La maladie de la fille du couple dans le film, cette enfant qui est prise dans cet appareil de filtration d’air. J’ai trouvé ça original et plein de potentiel. Puis la quête de ce couple était simple et efficace. C’était un script assez singulier et j’aime bien quand je ne reconnais pas un film que j’aurais déjà vu à la lecture du scénario. Ça m’a fait cet effet quand je l’ai lu.".

Dans la brume, un casting à sa mesure

Daniel Roby dit : "Tourner un film en France avec Romain Duris est un pur fantasme pour un metteur en scène québécois ! Il est extraordinaire, son charisme est très puissant et j’avais vraiment hâte de le voir. Surtout dans ce rôle aux aspects plus physiques que ce qu’on est habitué de voir dans ses films. J’ai d’ailleurs été très surpris par son talent pour les scènes d’action : il est très doué ! Il a été le premier à être auditionné.

Puis pour jouer Anna, quand j’ai su qu’Olga Kurylenko pouvait jouer en français. J’étais très séduit par cette idée. Je la trouve tellement photogénique, c’est une vraie "movie star" dans le sens classique du terme. Et je me disais qu’on ne la voyait pas assez souvent dans ce genre de rôle de femme de tête, brillante et solide. Que cela serait une super opportunité de développer un personnage qui a de la profondeur avec elle. Elle est fantastique et tellement professionnelle et passionnée par son travail. J’ai beaucoup aimé travailler avec elle.".

Dans la brume Photo Romain Duris et Olga Kurylenko

Un film français dystopie

Le fait que le réalisateur ne soit pas français, il ne sait pas posé la question sur le positionnement comme celui-ci dans la cinématographie française.
Quand il a fait son premier film, on lui disait : "Il n'y a pas beaucoup de films d'horreur dans la cinématographie québécoise..." Mais jamais il n'a pensé à cet aspect. Il se demande simplement comment faire le film pour qu'il fonctionne, pour emmener le spectateur dans une aventure intrigante, intéressante et originale.
Sa vision est toujours de se demander ce que le protagoniste vit, ce qu'il ressent, quelles sont ses dilemmes et de chercher la meilleure façon de faire vivre cela au spectateur. C'est comme ça qu'il choisit l'esthétique d'un film qu'il veut réaliser.

Un immeuble typique parisien

Pour que les Parisiens qui verront le film sentent que ça pourrait leur arriver et que ça se passe au coin de chez eux. Daniel Roby développe : "Arno Roth, le chef décorateur, a construit les appartements d'Anna, des retraités et de M. Belkacem (le voisin d’en bas) tous en studio. Pour faciliter le travail avec la fumée et aussi la configuration des appartements. Puis on a fait les escaliers en décor naturel et l’extérieur ailleurs, sur une rue qu’on aimait pour son architecture typiquement parisienne. C’est un immeuble complètement construit en pièces détachées, comme un puzzle !".

Romain Duris et son personnage

Pas d'entraînement spécifique pour ce film, il raconte : "Non, parce que je suis des entraînements de boxe dans ma vie personnelle. Je cours, je tape, je m’entretiens. Je savais que le film allait me demander un bon état physique, mais j’étais déjà en forme. À plusieurs reprises, je me suis dit que c’était vraiment préférable parce que marcher avec le masque à gaz et les bouteilles tout en montant les marches, ce n’était pas évident ! J’aime jouer avec les ruptures, avec les limites. Dans les scènes en apnée, je me suis vraiment mis en apnée, car c’est comme ça que je nourris un rôle."

Dans la brume, un tournage difficile

"Ce tournage est l’un des plus compliqués auxquels j’ai participé à cause de cette brume. Nous étions en permanence envahis par cette fumée omniprésente. Techniquement, il était impossible de vider la brume entre les prises. Si bien qu’on avait le sentiment d’être dirigés dans un sas, dans une atmosphère indistincte. Où on devine les choses plus qu’on ne les voit. Or, ces séquences dans la brume représentent quasiment la moitié du film" : commente Romain Duris. Il ajoute : "Par ailleurs, Daniel Roby, voulait filmer avec beaucoup d’axes différents. Il tenait à se laisser plusieurs options au montage pour donner du rythme et une vraie dynamique au film. C’est pour ces raisons qu’on a énormément travaillé. On refaisait plusieurs fois les prises en cherchant toujours une vérité dans le jeu."

Olga Kurulenko a doré le script

L'actrice raconte : "Dès que j’ai entamé la lecture du scénario, j’ai été happée par l’histoire et je l’ai lu d’un seul trait. Je l’ai trouvé extrêmement bien écrit. Le suspense était d’une incroyable efficacité si bien que j’avais constamment envie de savoir ce qui allait se passer à la page suivante ! Bref, j’ai été prise aux tripes. Et j’ai également beaucoup aimé mon personnage. Par ailleurs, j’avais depuis longtemps envie de travailler avec Romain Duris. Sa présence m’a vraiment confortée dans ma décision de tourner ce film.". Elle ajoute "Ce qui m’a plu dans ce projet, c’est que cette brume toxique pourrait surgir aujourd’hui. Qu’il s’agit donc d’un phénomène très actuel, lié aux bouleversements climatiques et à une nature malmenée par l’homme."

Ce qu'elle pense du réalisateur

Olga Kurulenko dit : "Il a gardé un côté enfantin et enthousiaste très attachant ! Il tourne beaucoup de prises, il découpe énormément. Car je pense qu’il est constamment à la recherche d’un je-ne-sais-quoi qui pourrait faire partir la scène dans une direction imprévue. Et même quand la prise est bonne, il en tourne une autre, puis une autre. Si bien que le rythme est intense. Mais ce tempo crée une tension et un climat pesants qui ont servi l’atmosphère du film. On est dans un certain état et je me demande s’il n’a pas tourné autant de prises pour nous conduire à cet état d’épuisement. C’est le genre de film qui impose cette contrainte. Si le rythme avait été trop rapide, on n’aurait sans doute pas obtenu une telle tension dramatique.".

Dans la brume Première Affiche

Dans la brume, film français d'un réalisateur québécois
Si cela vous plaît, merci de partager....

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Hello Wolfneo, Encore un très bel article et, sur un film français qui m'intéresse beaucoup Dans la Brume. Moi qui en général ne suis pas très fan des films français, j'avoue que celui-ci me plaît beaucoup. Merci à toi pour les deux bandes-annonces, que j'ai regardé deux fois, en me demandant à chaque fois "qu'est-ce qui provoque cette brume ? " On a de nombreuses questions en tête mais pour le moment pas de réponse, de ce fait, j'ai hâte de voir tout le film. Le casting où on retrouve Romain Duris, Olga Kurylenko, Fantine Harduin, mais aussi Michel Robin,… Lire la suite »