En eaux troubles Affiche France

En eaux troubles

Titre Original The Meg
Date de sortie 22 août 2018Durée 1h 53min
Réalisé par Jon Turteltaub
Avec Jason Statham, Li Bingbing, Winston Chao, Cliff Curtis, Rainn Wilson, Ruby Rose, Page Kennedy, Jessica McNamee, Ólafur Darri Ólafsson, Robert Taylor, Sophia Shuya Cai, Masi Oka
Genre Action, Science-Fiction, ThrillerNationalité Américain, Chinois

Synopsis

Au cœur de l’océan Pacifique, le sous-marin d’une équipe de chercheurs a été attaqué par une créature gigantesque qu’on croyait disparue : le Megalodon, un requin préhistorique de 23 mètres de long. Le sauveteur-plongeur Jonas Taylor doit risquer sa vie pour sauver les hommes et les femmes prisonniers de l'embarcation… et affronter le prédateur le plus terrible de tous les temps.

Pour regarder la bande-annonce officielle VF En eaux troubles

Photos

 

Site Officiel
Facebook
Twitter

Informations

En eaux troubles, ou The Meg pour Mégalodon, les premières informations dans l'article du 30 avril dernier. En eaux troubles est un film d’aventure exaltant qui, d’après son réalisateur Jon Turteltaub. "Il vous entraîne dans un monde que vous avez imaginé, mais que vous n’avez jamais exploré. C’est ça qui est vraiment génial au cinéma". Le budget du film est estimé à 150 millions de dollars.

The Meg ?

The Meg, le titre original, est le diminutif de Mégalodon. Une espèce de requins gigantesques que l’on tient pour éteinte depuis plus de deux millions d’années. "On adore la préhistoire et les mystères qu’elle renferme", révèle Jon Turteltaub. "Et si l’on découvrait que cette créature ancestrale était toujours en vie ? Si cette bête gigantesque se retrouvait soudain à rôder au fond des océans, aucune créature ne serait plus en sécurité dans l’eau : ni les baleines, ni les requins, ni les hommes. Quelles seraient les conséquences sur l’équilibre de notre écosystème ?"

Adaptation d'un Best seller

En eaux troubles, est adapté du best-seller de Steve Alten intitulé Meg. C’est ce roman qui a tout d’abord attiré l’attention de la productrice Belle Avery.
Elle se souvient : "Lorsque j’ai lu le livre, j’ai tout de suite senti qu’il se prêterait parfaitement à un film d’aventure bourré d’action. Une adaptation en film, susceptible de cartonner dans le monde entier, parce que les requins nous fascinent tous. Cette histoire se penche sur une créature que nous n’avons encore jamais vue. Mais là encore, une grande partie de nos océans reste complètement inexplorée. Peut-on vraiment affirmer avec certitude que les Megalodons sont éteints ? Je n’en suis pas certaine", dit-elle avec un sourire malicieux.

Un film international

La dimension internationale du film permettait également à Belle Avery de s’imposer sur le marché florissant du cinéma chinois. "Cela faisait déjà plusieurs années que je travaillais comme consultante en Chine", explique-t-elle. "Mais le plus important à mes yeux était de m’assurer que nous avions le partenaire qu’il nous fallait pour ce film. Lorsque j’ai rencontré Jiang Wei de Gravity Pictures. Et que je lui ai montré une dent de Megalodon de dix-huit centimètres de long, il a tout de suite compris. Il savait que nous pourrions en faire une coproduction à la fois naturelle et dynamique. C’est exactement ce qui m’intéressait, et c’est exactement ce que Gravity souhaitait faire".

Le centre de recherche

"Situer le centre de recherche dans le Pacifique et le faire présider par les personnages du Dr Zhang et de sa fille Suyin était un élément d’une importance capitale", poursuit Belle Avery. "Sachant que l’un des plus grands centres de recherche sous-marine se situe à Tianjin, c’était tout à fait logique d’un point de vue narratif".

L'écriture du scénario

Les scénaristes, Dean Georgaris et les deux frères Jon et Erich Hoeber, ont fait équipe afin de porter le livre de Steve Alten à l’écran. Jon Hoeber raconte : "On avait commencé à travailler sur notre propre scénario. Puis Lorenzo a proposé qu’on l’écrive ensemble, en réunissant les meilleures pages de chacun, et c’est précisément ce qu’on a fait". "On sait tous que ce requin géant va dévorer des gens", ajoute Erich Hoeber. "On attend ce moment. Mais bien que ce soit véritablement une question de vie ou de mort, on a voulu introduire un peu d'humour de temps en temps lors de cette folle aventure".
Le producteur Colin Wilson souligne : "Ils sont parvenus à écrire un scénario qui saisisse juste ce qu’il faut de suspense, d’action, d’humour. Entre les mains de Jon Turteltaub, ça a fait des étincelles. C’était le réalisateur idéal".

Le réalisateur, le casting

Jon Turteltaub note qu’au moment de s’emparer du projet. "On était conscients que le livre d’Allen, et même toute la série, avait une vaste communauté de lecteurs. Et même s’il faut forcément changer des éléments de l’intrigue quand on adapte un livre. On voulait s’assurer que les fans du roman, tout comme les cinéphiles, y trouveraient leur compte".
"Le casting est vraiment génial", estime Jon Turtletaub. "Ils ont tous vraiment creusé leur personnage, ce qui était essentiel pour que les spectateurs s’investissent émotionnellement. Si on ne s'attache pas aux personnages, on se fiche de savoir qui va se faire dévorer par le Megalodon", conclut-il avec un sourire en coin.

Ressusciter le Mégalodon

La création du mégalodon, a débuté par d’importantes recherches. Tout comme les requins actuels, le squelette du mégalodon est constitué de cartilage plutôt que d’os. Il y a donc peu d’éléments permettant de reconstituer le requin. Si ce ne sont des dents et quelques vertèbres fossilisées. Adrian de Wet, le superviseur effets visuels, explique : “Il y a toute une formule pour obtenir la taille de la créature à partir des dents. Mais il y a beaucoup de théories différentes sur l’aspect réel de ces requins. On a commencé par s'intéresser aux différentes hypothèses des scientifiques, archéologues et paléontologues, et on s’en est servi comme point de départ."
Turteltaub explique : "On a donné à notre mégalodon plus de branchies qu’un requin normal. Parce qu’on s’est dit que, comme le fond de l’océan est sans doute un environnement assez pauvre en oxygène. L’espèce aurait probablement développé des branchies supplémentaires".

En eaux troubles Première Affiche

L'apparence de Meg

Pour la peau, de Wet la décrit comme suit : "Nous avons choisi une teinte brune irrégulière, pour lui donner de la texture". Bien entendu, la caractéristique la plus effrayante du mégalodon est sa mâchoire. "Elle est immense et comporte des centaines de dents", explique Wet. "Son corps est assez souple. D’un seul coup de queue, il peut atteindre une vitesse proche de celle d’un petit bateau à moteur. Nous avons étudié de très près la biomécanique des requins. On a mené des tests informatiques pour les séquences de nage afin de comprendre comment le Meg avancerait. Nous avons fait beaucoup d’essais avec le département de recherche et de développement pour que l’effet de mouvement des muscles sous la peau soit le plus réaliste possible" explique West.

Continue de nager

Étant donné que la quasi-totalité de l’histoire se déroule dans ou sur l’eau. Il était nécessaire et vital que tous les acteurs sachent bien nager. Le chef cascadeur Allan Poppleton et son équipe ont mis sur pied une école de natation pour les comédiens, que ce soient les acteurs principaux, les cascadeurs ou les figurants. "On s’est entraînés à la piscine tous les jours pendant quatre semaines et deux fois par semaine, on était au bassin de plongée. Où l’on s’est initiés à sauter de différentes hauteurs", précise Poppleton.

Apprendre à nager

Ils ont commencé par les rudiments, dont, selon les propres mots du cascadeur Josh Randall, "une technique de la vieille école mise au point par Pierre Gruenberg qui se concentre sur la respiration. Ça ne sert à rien d’apprendre à nager avant d’avoir compris comment respirer. Savoir respirer quand on nage, c’est une aptitude relativement difficile à maîtriser. On fait beaucoup d’exercices de sur-place et de nage en utilisant d’abord la planche et des palmes. Ensuite, abandonné les palmes pour faire des longueurs. Notre programme d’entraînement était articulé autour de trois principes fondamentaux : premièrement, on veillait tous les uns sur les autres, deuxièmement, on devait respecter la mer et dernièrement, il fallait se mettre au travail. Et c’est ce que tout le monde a fait".

Un lac artificiel

En eaux troubles a en partie été filmé au large. Autant dire que tourner en plein océan a présenté d'importantes difficultés. Ce qui a eu un impact important sur la production. Pour contourner ces obstacles, les producteurs ont fait construire deux énormes réservoirs dans les nouveaux Kumeu Film Studios à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Ce parti-pris leur a offert une alternative plus sûre et sécurisée pour l'essentiel du tournage. Un énorme réservoir en extérieur, d’une contenance d’environ 2,5 millions de litres, a servi pour les prises en surface. L’autre, prévu pour la plongée, avec un diamètre de 18 mètres et ses 5 mètres de profondeur, contenait environ 1,26 million de litres et était à l’intérieur. Ces deux réservoirs font maintenant partie intégrante de ces fleurons de l’industrie du cinéma néo-zélandais.

La cage aux requins

Contrairement aux habituelles cages en métal, la cage à requin du Mana One est cylindrique et en polycarbonate clair et incassable. Dans le film, la cage est censée avoir été créée par Jaxx, mais c’est en réalité une invention du chef décorateur Grant Major. "La scène devait avoir l’air plus spectaculaire et pour cela [la cage] devait apparaître presque transparente. Ça nous permet de sentir la tension au moment où Suyin se retrouve nez à nez avec Mégalodon", développe-t-il.

Submersibles

Plusieurs vaisseaux marins du film ont en réalité été confinés à l’espace d’un plateau. Comme l’élégant submersible monoplace, le Glider [planeur]. Le sous-marin au destin tragique, dans lequel se trouvent Lori, le Wall et Toshi. Et le sous-marin de sauvetage que pilote Jonas. Li Bingbing a eu un coup de foudre pour le Glider qu'elle a piloté pendant de nombreuses heures. Jessica McNamee, Ólafur Darri Ólafsson et Masi Oka n’ont pas vraiment vécu la même expérience avec leur sous-marin. "On a été tous les trois serrés dans cet espace confiné pendant des jours", se souvient McNamee. "Heureusement qu’on s’entendait bien et qu’on avait le même humour. Honnêtement, on a eu du mal à ne pas éclater de rire pendant le tournage".

Les décors intérieurs

Tous les décors intérieurs du Mana One ont été construits dans les Auckland Film Studios. Y compris le centre de contrôle de plongée high-tech équipé d'écrans d’affichage à 360° visibles de n’importe où dans la salle. Le décor le plus impressionnant du film est la plateforme d’observation, ou O-level. Elle offre une vue du monde sous-marin et de ses habitants à couper le souffle. Le réseau de couloirs circulaires disposent de parois entièrement transparentes montées sur un treillage de poutres en acier qui permet de supporter la pression engendrée par l’eau à une profondeur de 90 mètres au-dessous du niveau de l’océan.
Une seule zone du O-level a en réalité été construite pour le film. Le reste est une illusion numérique créée par l’équipe des effets visuels. Qui s’est également chargée de peupler les profondeurs de l’océan que l’on aperçoit.

C'est dans la boite

Après avoir tourné ces scènes en Nouvelle-Zélande, l'équipe s’est rendue en Chine pour le reste des prises. L’île de Hainan et la station balnéaire de Sanya ont offert des lieux de tournage idéaux pour la grande scène d’attaque du film. Pour protéger les milliers de figurants, un système de comptage a été mis au point et strictement appliqué. Ce dispositif a permis de savoir que tout le monde était sain et sauf à tout moment du tournage, que ce soit à terre ou dans l’eau. Une fois le tournage en Chine terminé, Turteltaub s’est focalisé sur la postproduction. En collaborant avec ses chefs monteurs Kemper et Matsumoto, pour le montage final. Et avec le compositeur Harry Gregson-Williams, qui a écrit la musique du film.

En eaux troubles, ce film d'action, est-il le nouveau Les Dents de la Mer ?
Merci de partager....
Étiqueté avec :                                                        

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Bonjour Wolfneo, C'est un très bel article que tu as fait là sur ce film d'action En eaux troubles de Jon Turteltaub. Merci pour la bande-annonce qui est impressionnante avec ce megalodon, ce requin préhistorique, et Jason Statham est parfait pour le rôle de Jonas Taylor. Bravo pour les photos, que j'ai adoré. Ce film est donc une adaptation d'un best-seller de Steve Alten, et grâce à ta rubrique Informations on en apprend vraiment beaucoup sur comment la productrice Belle Avery, a été attirée et qu'elle a eu envie de faire ce film. Comment tout est pensé comme le centre… Lire la suite »