Hostiles Affiche avec Christian Bale

Hostiles

Titre Original Hostiles
Date de sortie 14 mars 2018Durée 2h 14min
Réalisé par Scott Cooper
Avec Christian Bale, Rosamund Pike, Wes Studi, Jesse Plemons, Ben Foster, Paul Anderson, Stephen Lang, Adam Beach, Scott Sheperd, Timothée Chalamet
Genre Action, Drame, WesternNationalité Américain

Synopsis

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple.
Façonnés par la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance envers autrui. Sur le périlleux chemin qui va les conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus comanches qu’ils rencontrent.

Pour regarder la bande-annonce VOST Hostiles

Pour regarder la bande-annonce VF Hostiles

Pour regarder l'extrait "Sauvez-vous" VF Hostiles

Pour regarder l'extrait "Face-à-face" VF Hostiles

Photos

Site Officiel
Facebook
Twitter

Informations

Hostiles se déroule aux États-Unis à la fin du XIXe siècle. Mais cette histoire pourrait tout aussi bien se passer de nos jours à Kandahar en Afghanistan ou à Bagdad en Irak. Dans l’Ouest américain vu par Scott Cooper, la violence ne fait aucune distinction. La frontière entre ennemis et alliés, vainqueurs et victimes est brouillée, indéfinissable. C’est dans cet univers qu’un groupe d’individus disparates, dont certains sont farouchement hostiles à l’existence des autres. Ils sont contraints de s’allier pour affronter des forces extérieures prêtes à tout pour les anéantir.

Lorsque Scott Cooper a reçu la version préliminaire d’un manuscrit écrit par le défunt scénariste Donald Stewart (A la poursuite d'Octobre rouge, Jeux de guerre, Danger immédiat). Il a été particulièrement séduit par la profondeur de l’histoire. Il déclare : "J’ai toujours voulu réaliser un western, mais je tenais à le faire à ma façon, je voulais qu’il soit pertinent au regard des questions raciales et culturelles qui agitent actuellement l’Amérique. Nous sommes tous conscients des mauvais traitements qui ont été infligés aux Amérindiens.".

Scott Cooper a écrit le scénario de Hostiles pour Christian Bale. Un ami proche qu’il avait déjà dirigé dans Les Brasiers de la Colère (2013). Lorsque l’acteur a lu le script, il a été frappé par la profonde humanité de l’histoire. Dont certains éléments ont trouvé un écho particulier en lui. Il raconte : "Ces événements auraient pu se produire à n’importe quelle période de l’histoire américaine. Fort Berringer est pour moi une sorte d’Abou Ghraib où les conditions de détention sont inhumaines et où les geôliers sont de simples soldats qui n’ont reçu aucune formation de gardiens de prison.".

Un juste portrait des peuples amérindiens.

Pour représenter fidèlement les personnages amérindiens du film, Scott Cooper a collaboré avec le cinéaste acclamé Chris Eyre (Phoenix, Arizona, Skins). Et aussi l’universitaire Joely Proudfit dont l’organisation, The Native Networkers. Celle-ci fournit aux équipes de télévision et de cinéma les ressources nécessaires pour représenter le plus fidèlement possible les peuples amérindiens et autochtones.

L’ampleur de ce soutien culturel a marqué le réalisateur de manière indélébile. Il confie : "Les consultants qui ont pris part à ce film ont été extraordinaires, ils m’ont enseigné des choses que mes propres recherches n’auraient jamais pu m’apprendre. Ils étaient quotidiennement présents sur le tournage pour aider les acteurs avec le langage, la gestuelle et les rituels amérindiens. Leur travail était de la plus haute importance et il a énormément apporté à toute l’équipe.".

Les acteurs et les actrices ont appris le dialecte des Cheyennes

Une part significative des dialogues du film est prononcée dans la langue des Cheyennes du Nord, un dialecte rarement entendu. C’est à Chris Eyre qu’il a incombé de trouver des descendants Cheyennes qui parlaient couramment ce langage et étaient capables de l’enseigner. Et qui savaient également comment s’exprimaient leurs ancêtres à la fin du XIXe siècle.

Chris Eyre commente : "Il était primordial pour Scott et Christian que nous, les consultants Cheyennes, puissions répondre à toutes leurs questions. Mais ce n’est pas parce qu’on est amérindien qu’on a la science infuse ! C’est pourquoi j’ai fait appel au chef Phillip Whiteman et à Donald Shoulder Blade. Entendre les personnages interprétés par Christian, Wes et Rosamund parler le bon dialecte. Et surtout de manière respectueuse est absolument formidable. C’est une immense victoire de savoir que des millions de gens vont pouvoir entendre cette langue devenue si rare.".

Le chef Phillip Whiteman, consultant Cheyenne sur le film, a travaillé en étroite collaboration avec Christian Bale. Celui-ci a eu énormément de mal à maîtriser ce dialecte. L’acteur confie : "C’est une langue magnifique mais extrêmement difficile ! La parler correctement m’a aussi permis de mieux comprendre le système de croyances Cheyenne. Je dois avouer que j’ai été surpris par mes progrès, car cela me semblait initialement impossible. Mais j’ai fini malgré tout par m’exprimer de façon naturelle.".

Honorer aussi les comanches

Scott Cooper a également été très attentif à la manière de représenter les guerriers Comanches renégats qui massacrent la famille de Rosalee Quaid et traquent le groupe conduit par Blocker. À travers eux, le réalisateur explore un pan de l’histoire américaine méconnu qui explique les actes violents perpétrés par le groupe.
Le film se déroule en 1892, mais en 1872 déjà la plupart des Comanches avaient été déplacés de force et enregistrés nominativement par l’armée américaine. Les guerriers que l’on voit dans Hostiles forment un des rares groupes connus. Qui sont parvenus à conserver leur liberté pendant encore vingt ans. Après avoir assouvi leur vengeance à travers les plaines du sud-ouest américain jusque dans les années 1890, ils ont finalement disparu.

William Voelker, le consultant Comanche du film. Il a été impressionné par la manière dont les cinéastes ont honoré et se sont intéressés au comportement, au langage, à l’habillement et aux talents de cavaliers de ces personnages controversés. En revenant sur leur histoire, le film met en lumière les injustices. Dont ils ont été victimes sans pour autant omettre la violence de leurs actions.
William Voelker déclare : "Personne n’a jamais vraiment porté attention à ces Comanches qui ont refusé de se soumettre au gouvernement américain. Bien que j’aie apprécié la volonté de l’équipe de dresser, un portait fidèle de mon peuple. J’ai été un peu surpris que Scott s’excuse de l’image de guerriers impitoyables donnée aux Comanches dans le film. Car nous n’essayons pas d’enjoliver notre histoire. Ces hommes étaient assoiffés de sang. Ils avaient tout perdu et étaient furieux que leur peuple ait été privé de sa liberté.".

Des décors naturels entre modernité et Far West

L’équipe a choisi de tourner Hostiles en décors naturels au Nouveau-Mexique et dans le Colorado. Pour la beauté brute des paysages et leur caractère évocateur. Afin de faire revivre un monde à mi-chemin entre la modernité et un Far West. Où les dernières étendues sauvages sont sur le point de disparaître à jamais.
Le directeur de la photographie Masanobu Takayanagi(Happiness Therapy, Strictly Criminal). Le chef décorateur oscarisé Donald Graham Burt (Gone Girl, L'Etrange histoire de Benjamin Button) et  la chef costumière Jenny Eagan (Beasts of No Nation, Insaisissables) forment l'équipe.

La chef costumière Jenny Eagan explique : "Ce qui est intéressant, c’est qu’il est possible de se procurer des uniformes de la guerre de Sécession. Mais pas de cette période historique dont personne n’a jamais vraiment parlé. Ces tenues militaires étaient régies par des règles précises, mais il n’en existe plus aujourd’hui. Il a donc fallu que nous les fabriquions de toutes pièces. En nous assurant d’évoquer le passé de chaque personnage et de suivre leur évolution.".
Tous les personnages du film ont d’une manière ou d’une autre été privés de leur identité. Les soldats de la cavalerie sont limités par le règlement, leur statut et leurs revenus. Les Cheyennes sont à la merci de leurs geôliers. Et Rosalee Quaid est redevable à ses sauveteurs. La chef costumière a donc dû intégrer à chaque tenue des indices révélant la véritable nature des personnages.

Hostiles - Affiche France

Hostiles (2007) avec Christian Bale, le film western sans filtre
Si cela vous plaît, merci de partager....
Étiqueté avec :                                            

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Bonjour Wolfneo, Comment ne pas aimer ton article sur ce film Hostiles qui nous raconte l'histoire du capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales et, en route ils vont rencontrer, Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches. Ils sont contraints de s'allier pour affronter d'autres tribus Comanches. On connaît l'injustice dont les peuples Amérindiens ont été victimes sans oublier qu'ils ont aussi commis des actes de violence, de tuerie. Difficile de traiter un tel sujet, mais je pense… Lire la suite »