The Hurricane Heist - Affiche France

Hurricane

Titre Original The Hurricane Heist
Date de sortie 28 février 2018Durée 1h 45min
Réalisé par Rob Cohen
Avec Toby Kebbell, Maggie Grace, Ryan Kwanten, Ralph Ineson, Melissa Bolona, Ben Cross, Jamie Andrew Cutler, Christian Contreras
Genre Action, ThrillerNationalité Américain

Synopsis

Profitant du plus gros ouragan ayant jamais touché les États-Unis, une équipe de braqueurs d’élite infiltre la plus grande réserve de billets des États-Unis.
Leur objectif : un braquage exceptionnel de 600 millions de dollars.
Dans la ville désertée, Casey, une des convoyeuses de fond, et Will, un météorologiste de génie, vont devoir unir leurs forces en utilisant les connaissances de Will pour survivre au milieu de cette "tempête du siècle" et empêcher ces voleurs impitoyables de parvenir à leurs fins.

Pour regarder La Bande-Annonce VF Hurricane

Photos

Facebook
Twitter

Informations

Le film Hurricane, à l'origine s'appelait Category 5.

Rob Cohen, qui a bâti sa réputation sur des blockbusters spectaculaires tels que XxX et Dragon : l'histoire de Bruce Lee. Il avait plus d’un tour dans son sac. Il est aussi le créateur du phénomène Fast and Furious, la saga Universal la plus lucrative à ce jour. Mais le réalisateur avait déjà percé dans le milieu bien plus tôt.

Son travail est depuis toujours nourri de ses intuitions et de son instinct, couplé à des innovations techniques en matière d'effets spéciaux mécaniques musclés : il a su utiliser la pression hydraulique pour éjecter des voitures depuis des trains en marche, ou encore placer des cameramen sur des karts afin qu’ils puissent tourner les cascades plus près du sol. Les films de catastrophe, il connaît, en 1996, il envoya Sylvester Stallone sauver des personnes dans un tunnel après l'explosion d'un camion dans Daylight.
Cette fois, afin de filmer ce véritable cauchemar éveillé, il fallait adopter une approche radicalement différente du style incisif et viscéral qui caractérise les films de Rob Cohen.

Rien ne peut vous préparer à ça !

Le chef-opérateur Shelly Johnson, qui compte à son palmarès des blockbusters tels que Captain America : First Avenger ou Expendables 2 : Unité Spéciale. Il s’est vite rendu compte que mettre en scène avec efficacité tout la puissance destructrice de l’ouragan. Cela revenait à abandonner les images de synthèse au profit d’effets spéciaux mécaniques. Ces derniers permettaient de détruire des fermes. De projeter des camions dans les airs comme de vulgaires petites voitures, et de pousser les acteurs jusqu’aux limites de leurs capacités.

Shelly Johnson explique : "Dès le début, Rob nous a dit qu’il voulait placer la caméra au cœur de la tempête. Pour que les spectateurs puissent se rendre compte de ce que ça fait de se retrouver balayé par des vents de plus de 150 km/h". Rob Cohenleur a dit : "Je veux ressentir la vitesse de la voiture, toute l’intensité de leur fuite. Du coup, il faut tourner caméra à l’épaule."

L'ultime tempête pour un hold-up parfait.

Le tournage a débuté en Bulgarie le 29 août 2016 et duré 11 semaines. Jusqu’au moment où les arbres de ce paysage à couper le souffle ont commencé à perdre leurs feuilles. C’est là qu’on a filmé la ville fictive de Gulfport, les courses-poursuites. Puis les scènes de destruction et les fusillades acharnées qui s'y déroulent. Une fois les prises de vue en Bulgarie terminées. Le tournage s’est poursuivi encore une semaine en Angleterre.

Par une belle journée ensoleillée, dans un champ bucolique aux environs de Sofia, en Bulgarie. Une importante équipe s'emploie à mettre la touche finale à une vieille ferme américaine pittoresque.
Il s’agit de la ferme où Will Rutledge et son frère, Breeze, trouvent refuge lors de l’ouragan. Elle sera bientôt détruite par des rafales de vents de plus de 150 km/h, des débris voltigeant dans les airs, une pluie diluvienne et des grêlons à la taille impressionnante.
Trois mois plus tard, Artem Miniatures reproduit la même ferme, mais trois fois plus petite.

Une partie du tournage en Bulgarie.

Mais pourquoi avoir recours à une maquette ? Pour ce qui est de la destruction de la ferme, Matt Beckwith, technicien spécialisé chez Artem, explique : "On ne peut pas faire ça en vrai. Une maison, c’est trop grand pour ça, si bien qu'il faut avoir recours soit aux images de synthèse, soit à la maquette. Et dans ce cas précis, la meilleure solution est la maquette parce que le résultat est imprévisible".

Utiliser des fonds verts, plus le nombre de prises de vue prévu par le réalisateur. Cela aurait coûté ente 750 000 à 1 million de dollars juste pour 9 pages de conversation, explique Rob Cohen, en ajoutant. "Il y a environ un an et demi, j’ai lu un article dans American Cinematographer au sujet des avancées en matière d’écrans LED qui offrent aujourd’hui toutes sortes de fonctions différentes", explique Rob Cohen. "Ils mesurent environ 30 cm sur 30 cm, et on peut en réunir plusieurs pour constituer un écran de la taille que l’on souhaite.".
C’était la solution idéale pour recréer un paysage dévasté ultra-réaliste au milieu des collines pittoresque d’Europe.

Faire des paysages américains en Bulgarie.

"On a envoyé une équipe à Fernandina en Floride pour effectuer des prises de vue. Ou en tout cas tenter de composer un paysage typique du sud des États-Unis. Ensuite ça nous a permis de filmer de longues séquences de déplacements à bord de différents véhicules avec un paysage américain à l’extérieur. Ce qui était impossible en Bulgarie où l’architecture est complètement différente : des toits en tuiles rouges, des bâtiments en stuc… Ça ne peut pas faire illusion. Il arrive qu’on trouve un ou deux endroits qui pourraient fonctionner. Mais ça ne suffirait pas à recréer tout un paysage. Il faudrait soit le construire de toutes pièces, soit avoir recours à notre méthode.".

Un casting de choix pour Hurricane

Difficile de reconnaître Toby Kebbell dans ses rôles au cinéma : c’est lui qui se cache derrière Koba, le primate froid et calculateur de la saga La Planète des Singes ou Docteur Fatalis dans Les 4 Fantastiques (2015).
Ryan Kwanten incarne dans la série True Blood le tombeur Jason Stackhouse et Dead Silence (2017).

C’est Maggie Grace qui joue le rôle de Casey Corbyn. Elle a joué dans la série Lost, les disparus et la trilogie Taken.
Ralph Ineson est Perkins, un rôle a priori assez classique de l’infiltré qui passe des années à occuper un emploi minable avant de permettre aux criminels de s’infiltrer. L'acteur était Amycus Carrow dans la saga Harry Potter.

Le film est-il d’après lui porteur d’un message alarmiste ?

Toby Kebbell remarque en ce qui concerne son personnage, un spécialiste de météorologie synoptique :
"Quand on se plonge un peu dedans, on se rend compte qu'Hurricane est un film qui parle du réchauffement climatique. C’est un sujet très polémique. La température de la Terre est en constante augmentation. Mais comme on se trouve actuellement en période interglaciaire, ça peut aller dans un sens comme dans l’autre. Sauf que le développement de notre industrie depuis un siècle a considérablement accentué ce phénomène de réchauffement. J’ai discuté avec des employés de la NASA qui m’ont dit que le phénomène était déjà irréversible".

Le Dominator n’est pas une voiture ordinaire : on dirait plutôt un char furtif qui aurait été absorbé par un monster truck (camion monstre). A qui on aurait collé tout un équipement météorologique. Cet ancien véhicule militaire blindé conçu pour affronter les ouragans construit par Niles (Stuart McQuarrie). Un fourgon chasseur d’ouragans de 1000 CV et de 10 tonnes équipé de la navigation satellite dernier cri et d’équipement de survie haut de gamme. Qui est piloté par Will et Casey qui foncent tout droit dans l’oeil du cyclone, cet Hurricane.

Comme le déluge biblique

Rob Cohen revient sur la scène où une confrontation tendue se déroule dans un magasin de jardinage. Et se termine par la destruction du magasin par un raz-de-marée de 6 mètres de haut qui propulse Casey (Maggie Grace) dans les bras de ses adversaires : "La scène du déluge s’est avérée être un défi intéressant d’un point de vue technique. Parce que, comme pour le reste du film, je voulais tourner sans fond vert. J’ai donc fait appel à mon équipe d’effets spéciaux préférée, menée par Elia Popov.

Lui et moi, nous avons donc réfléchi à la façon de créer l’ouragan. Au type d’équipement nécessaire, aux millions de litres d’eau dont on allait avoir besoin. Et à la façon de lui donner l’air vraiment dangereux sans que ça devienne ingérable pour les acteurs. On a décidé de prendre deux conteneurs remplis de 80 000 litres d’eau chacun et on les a installés sur un mécanisme permettant de maintenir ces gigantesques conteneurs inclinés. On a ensuite fait exploser les portes, inondant ainsi le plateau de 160 000 litres d’eau en quelques secondes".

Hurricane, un vol en plein ouragan pour le réalisateur Rob Cohen
Si cela vous plaît, merci de partager....
Étiqueté avec :                                        

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Hello Wolfneo, Voilà un film qui va me plaire, car là faire un tel braquage dans la plus grande réserve des Etats Unis alors que le pays est touché par le plus gros ouragan, la "tempête du Siècle" cela promet un formidable film, un sacré spectacle. J'ai adoré ton article, il est excellent, entre les photos toujours aussi belles et de qualités y compris celles où on voit le tournage du film, la bande-annonce, qui nous donne très envie de voir Hurricane, de savoir comment chacun, voleurs et policiers, vont s'en sortir de tout cela, y compris bien sûr de… Lire la suite »