Le Musée des merveilles Affiche France

Le Musée des merveilles

Titre Original Wonderstruck
Date de sortie 15 novembre 2017Durée 1h 57min
Réalisé par Todd Haynes
Avec Oakes Fegley, Julianne Moore, Michelle Williams, Millicent Simmonds, Jaden Michael, Tom Noonan, Cory Michael Smith, Amy Hargreaves, James Urbaniak, Damian Young, Marko Caka, Morgan Turner, Ekaterina Samsonov, Hays Wellford, Sawyer Nunes
Genre Drame, FamilleNationalité

Synopsis

Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu'il n'a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d'une mystérieuse actrice.

Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York.

Pour regarder la bande-annonce VF Le Musée de merveilles

Pour regarder la vidéo de Millicent Simmonds "J'adore être sourde"

« J’adore être sourde ! » Découvrez la jeune Millicent Simmonds qui interprète Rose dans Le Musée des Merveilles, dès aujourd’hui au cinéma ! Réservez vos places ici : http://lemuseedesmerveilles.fr

Publiée par Le Musée Des Merveilles - Wonderstruck sur Mercredi 15 novembre 2017

Photos

Site Metropolitan
Facebook
Twitter

Informations

Le musée des Merveilles est une adaptation du roman de Brian Selznick. Celui-ci est un auteur et illustrateur de livres pour enfants réputé. Ses livres ont reçu de nombreuses distinctions, dont la médaille Caldecott pour L’Invention de Hugo Cabret, adapté par Martin Scorsese au cinéma sous le titre Hugo Cabret. Il est également l’auteur et illustrateur de Wonderstruck (parution en France sous le titre de Black Out) et The Marvels.

Le choix du réalisateur

Sandy Powell, chef costumière sur tous les films de Todd Haynes et le film Hugo Cabret. La passion de celle-ci pour le projet et sa vision créative l’ont conduite finalement à assurer la production exécutive du film en plus de la création des costumes.
Après avoir lu une des premières versions du scénario de Brian Selznick, Sandy Powell a su qu’elle avait vu juste et a décidé de contacter Todd Haynes pour voir si le projet l’intéresserait. Il était alors en plein montage de son dernier, Carol, (2016). Sandy Powell savait qu’il serait très occupé. Elle raconte : "Lorsque Todd a eu presque fini, j’ai enfin pu organiser une rencontre entre Brian et lui. J’étais convaincue qu’il serait instantanément conquis et qu’il accepterait de lire le scénario et de s’intéresser au projet. C’est ce qui s’est produit, à ma plus grande joie.".

Un film pour enfants ?

Todd Haynes explique : "J’ai décrit le film comme un "acid trip for kids". Il y a deux histoires qui s’entremêlent, s’emmêlent, quelque chose de mystérieux et d’étrange se produit. Aux intersections des deux univers, à la limite d’une altération de nos perceptions spatio-temporelles. Le fait que les deux héros soient sourds et perçoivent donc le monde de manière fractionné. Cela a un impact direct sur la façon de regarder le film, de ressentir les silences, les musiques. En particulier le contraste entre la surdité de Ben et le brouhaha de la partie 70’s."

Un tournage pour deux univers

Le réalisateur raconte : "Il n’y a eu qu’un seul tournage. Tout était très compliqué parce qu’il fallait tenir compte des limitations de temps liées au fait de tourner avec des enfants. La seule façon de gérer cette équation était de tourner un peu des deux histoires chaque jour. Il fallait donc gérer la reconstitution des années 70 et recréer un monde années 20 au coin de la même rue, ce qui était un formidable défi logistique..

Quand on pense à tout ce qu’il faut gérer en termes de décors, voitures, backgrounds, costumes, coiffures. Tous les petits détails nécessaires pour faire exister une époque à l’écran, c’est déjà une folie. Mais deux ? Au même endroit ? Sans oublier les difficultés liées au fait de tourner au Muséum d’histoire naturelle de New York. On avait l’autorisation, mais seulement pour les week-ends et à condition de ne rien laisser sur place. Il fallait tout déballer et tout remballer chaque jour.".

Inspiration pour Le Musée des merveilles

l’écrivain déclare : "Nombre de lecteurs de L’Invention de Hugo Cabret m’ont dit avoir aimé les dessins qui ponctuaient l’histoire parce qu’ils représentaient des espaces de silence. Si les mots écrits résonnaient dans notre esprit, les illustrations prolongeaient quant à elles l’histoire d’une manière différente, qui sollicite une autre partie de notre cerveau. Le texte s’évanouit et le lecteur devient alors observateur. L’impression de silence tranquille qui accompagne ces moments m’a beaucoup intrigué.".
Et un documentaire "Through Deaf Eyes" de 2007 de PBS. Celui-xi expliquait que la culture des sourds est comme une culture visuelle car leur langage est un langage visuel.

Brian Selznick face à Todd Haynes

Le réalisateur confie pour sa part avoir été extrêmement impressionné par la qualité de l’adaptation de Brian Selznick. "Ce qui est remarquable, c’est que c’était la première fois qu’il adaptait un de ses livres. Son adaptation était incroyablement cinématographique et permettait à celui qui la mettrait en scène de revisiter ce merveilleux livre avec les outils propres au cinéma. Ce qui m’a tout de suite séduit.".
À propos du roman, Todd Haynes déclare : "Wonderstruck est un livre d’une grande profondeur qui galvanise l’imagination et fait appel à l’intelligence de ses lecteurs, de sorte qu’on se l’approprie. Le fait qu’il ait installé un dialogue entre ces deux époques distinctes. Les années 1920 et les années 1970. Tout en conservant une unité de lieu, nous a permis d’explorer différents styles cinématographiques.".

La vision de la productrice

La productrice Christine Vachon, collaboratrice de longue date du réalisateur. Elle ajoute qu’outre les formidables personnages de l’histoire et sa remarquable originalité, le cadre créatif et la profondeur imposés par la double temporalité de la narration ont fait de ce projet un défi passionnant. Elle dit : "L’une des difficultés auxquelles nous avons été confrontés a été de recréer le New York des années 1970. J’ai grandi à New York, j’avais l’âge des protagonistes dans les années 1970. Cette histoire a donc trouvé un écho particulier en moi.".

Le Musée des merveilles Première Affiche

Le monde du silence

Des études indiquent qu’environ un Américain sur 20 est sourd. Cependant, la vaste majorité de cette population (plus de 95 %) le devient longtemps après avoir atteint l’âge adulte. Souvent en raison d’une perte auditive progressive que l’on peut pallier et à laquelle on peut s’adapter avec le temps. La population d’enfants sourds, dont certains, à l’instar de Rose, n’ont jamais entendu. Et d’autres, comme Ben, ont perdu l’ouïe à la suite d’une maladie ou d’un accident, est très faible.

Pendant l’écriture du roman, Brian Selznick a consulté plusieurs amis et collègues en lien avec la culture et l’éducation des sourds. Afin de décrire avec le plus d’authenticité possible l’expérience de ses personnages. Sans centrer exclusivement l’histoire sur leur handicap. Il a aussi pu compter sur l’aide de son frère, sourd d’une oreille. Tout comme Ben avant qu’un accident, peu de temps après la mort de sa mère, ne le prive entièrement de son audition. Ce qui lui a permis de développer un point de vue différent de celui de gens sourds de naissance, tels que Rose.

Sept acteurs et actrices sourds

Todd Haynes et son équipe se sont donnés beaucoup de mal pour s’assurer que le thème de la surdité soit parfaitement imbriqué dans le processus créatif du film. Par exemple, dans une des premières scènes de l’histoire de Rose. La jeune fille se rend dans un théâtre où la star du cinéma muet Lillian Mayhew (interprétée par Julianne Moore) répète sa nouvelle pièce. La plupart des partenaires de Lillian sur scène sont incarnés par des acteurs malentendants.

Plonger les acteur dans le monde des malentendants

De la même manière, Todd Haynes a choisi de donner à ses acteurs entendants un aperçu du quotidien des sourds. A travers de vieux exercices d’art dramatique réalisés à l’aide de nouvelles technologies. Le réalisateur et le jeune Oakes Fegley (qui interprète Ben) ont ainsi parcouru à pied les quartiers de New York où se déroule l’action avec des casques anti-bruit vissés sur les oreilles.

Le jeune acteur pour le rôle de Ben

Oakes Fegley a été acclamé par la critique pour sa performance dans Peter et Elliott Le Dragon. Dans lequel il donnait la réplique aux acteurs Bryce Dallas Howard et Robert Redford. Malgré le fait que Ben soit un enfant sourd de 1977, le jeune comédien s’est beaucoup identifié à son personnage. Il explique : "Comme moi, Ben aime apprendre, il est très curieux. Il s’est découvert une passion pour certains sujets et il s’adonne sans réserve à cette passion.".
Oakes Fegley se souvient de l’après-midi qu’il a passé à se promener avec Todd Haynes dans New York, coupé du bruit grâce à un casque : "C’était incroyable. On accorde beaucoup plus d’attention aux détails visuels, aux mouvements des lèvres et aux odeurs. J’ai aussi rencontré des gens sourds avant le tournage et cela m’a aidé à mieux comprendre leur univers.".

La jeune actrice pour le rôle de Rose

Trouver l’interprète idéale pour le personnage de Rose s’est révélé plus compliqué. Dès le départ, Todd Haynes, Brian Selznick, Christine Vachon et le reste de l’équipe tenaient à ce que le personnage soit incarné par une actrice sourde. Non seulement afin de rendre l’expérience de Rose plus authentique, mais également d’ancrer la production dans la culture des sourds. Rose est la seule exception, ce qui a compliqué le travail de la directrice de casting Laura Rosenthal. Cette dernière a contacté toutes les écoles et compagnies théâtrales pour sourds et malentendants d’Amérique du Nord.

Millicent Simmonds, originaire de l’Utah, avait 13 ans lorsqu’elle a décroché le rôle. Bien qu’elle n’ait pas une longue carrière derrière elle. Son professionnalisme sur le tournage et sa capacité à donner vie au personnage de Rose ont laissé sans voix ses partenaires plus âgés et plus expérimentés. Brian Selznick avait déjà repéré ces qualités sur l’une des premières vidéos d’audition de la jeune fille. Dont le simple souvenir suffit à lui faire monter les larmes aux yeux.

Julianne Moore pour deux rôles

La distribution principale est complétée par Julianne Moore dans les rôles de Lillian et de Rose adulte. L’actrice, qui avait déjà travaillé avec Todd Haynes sur plusieurs projets (Safe, Loin du Paradis), était très enthousiaste à l’idée d’incarner plusieurs personnages et de donner vie au roman de Brian Selznick. Malgré l’importance du rôle que joue Lillian Mayhew dans l’histoire de Rose, Todd Haynes savait que c’est en incarnant Rose cinquante ans plus tard que l’actrice se révélerait.

Le Musée des merveilles (2017) du réalisateur Todd Haynes
Si cela vous plaît, merci de partager....

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Bonjour Wolfneo, Voilà encore un très bel article et cette fois sur le film Le Musée des merveilles (2017) du réalisateur Todd Haynes. Ce film comme beaucoup d'autres films en ce moment est une adaptation d'un roman, là, il s'agit de celui de Brian Selznick. On voyage dans deux univers que cela soit dans le roman de Brian Selznick que le film de Todd Haynes et les deux personnages Ben et Rose sont sourds. Et je comprends que Sandy Powell, qui est, comme tu nous l'indiques, Chef costumière dans tous les films de T Haynes, une fois lu une des… Lire la suite »