Marie Madeleine Affiche France

Marie Madeleine

Titre Original Mary Magdalene
Date de sortie Durée 2h 00min
Réalisé par Garth Davis
Avec Rooney Mara, Joaquin Phoenix, Chiwetel Ejiofor, Tahar Rahim, Ariane Labed, Denis Ménochet, Lubna Azabal, Tchéky Karyo, Charles Babalola, Tawfeek Barhom, Ryan Corr, Shira Haas, Tsahi Halevi, Michael Moshonov
Genre Biopic, Drame, HistoireNationalité Américain, Australien, Britannique

Synopsis

Marie Madeleine est un portrait authentique et humaniste de l’un des personnages religieux les plus énigmatiques et incompris de l’histoire. Ce biopic biblique raconte l’histoire de Marie, une jeune femme en quête d’un nouveau chemin de vie. Soumise aux mœurs de l’époque, Marie défie les traditions de sa famille pour rejoindre un nouveau mouvement social mené par le charismatique Jésus de Nazareth. Elle trouve rapidement sa place au cœur d’un voyage qui va les conduire à Jérusalem.

Pour regarder la bande-annonce VF Marie Madeleine

Pour regarder la 2e bande-annonce VF Marie Madeleine

Photos

Site Officiel
Facebook
Twitter See Saw Films

Informations

La vie de Jésus a toujours été une grande source d’inspiration, en particulier pour les réalisateurs. De L'Évangile selon saint Matthieu (Pier Paolo Pasolini, 1964) à La Dernière Tentation du Christ (Martin Scorsese, 1988). Sans oublier La Passion du Christ (Mel Gibson, 2004) avec Jim Caviezel dans le rôle de Jésus Christ. Cette histoire a été explorée de toutes les façons possibles, soulevant toutes les polémiques, qu’elles aient été artistiques, cinématographiques, historiques ou religieuses. La richesse et l’ouverture interprétative de ce récit connu de tous ont poussé les producteurs du film à revisiter le mythe sous un angle différent.

Une découverte archéologique

Iain Canning et Emile Sherman, les producteurs du film, nous expliquent comment la découverte archéologique des fragments de parchemins. Qui ont été attribués à Marie Madeleine, en Grèce et en Égypte, a décidé de cette approche inédite, celle de repenser la Bible à travers le regard d’une femme. Ils commentent : "Chaque génération amène sa relecture des grands mythes sur lesquels est basée notre société. Le cinéma se doit d’adopter une vision contemporaine afin de faire écho aux problèmes actuels. Et d’être capable d’interpeller et intéresser le public. La relecture de la destinée du Christ à travers le regard d’une femme. Cela nous a semblé amener un nouvel éclairage sur le passé tout en faisant écho à des problèmes très actuels".

Un scénario écrit à quatre mains

Le scénario a été écrit par l'auteur de théâtre Helen Edmundson et la scénariste Philippa Goslett.
"Le nom de Marie Madeleine a été marginalisé au cours des siècles et, le but était de lui rendre sa place originelle, en tant qu’apôtre à part entière, dans le récit de la vie de Jésus. Notre approche dépasse les limites culturelles ou religieuses pour s’adresser à l’humanité tout entière. Marie Madeleine est convaincue que le véritable royaume dont nous rêvons et pour lequel nous nous battons tous est en fait en nous. Là précisément où notre âme cohabite avec l’amour et la bonté. C’est un message qui semblait, et qui semble toujours, très déstabilisant, car il implique de baisser sa garde et d’accepter. Un concept qui cadre mal avec les notions de compétitivité et performances modernes de nos sociétés individualistes, mais qui vaut la peine d’être rappelé et entendu".

Pas de théologie, ni d'histoire.

Liz Watts, la productrice précise que le film n’a aucune prétention théologique ou historique. Mais qu’il s’agit seulement d’une version artistique ouverte à toutes les interprétations. Et cela dans le respect de la confession de chacun. Elle précise : "le film trouve son inspiration principale dans l’Évangile de Marie qui se démarque des autres évangiles. Il se présente sous forme de débat avec les apôtres, soulignant l’importance de sa place auprès de Jésus. Et la pertinence de sa compréhension de la sainte parole, qu’elle tente de transmettre. Le fait qu’elle soit la seule femme au milieu d’hommes tend le débat, notamment avec Pierre, créant une dynamique fascinante à explorer.

Les principes de cette nouvelle religion

Les concepts chrétiens de pardon, pitié et humanité qu’on retrouve dans la Bible sont ceux pour lesquels Marie Madeleine luttait pour les mettre en avant. Dans le film, on assiste à la confrontation des différentes interprétations des proches de Jésus sur la manière de promouvoir sa parole et surtout sur le fond de son message. Quand et comment bâtir le royaume de Dieu ? Marie Madeleine comprend au fur et à mesure que le message de Jésus est en fait très simple : pour changer le monde, il faut commencer par changer soi-même.

La réponse n’est pas aussi loin qu’on le pense, elle n’est pas hors de nous, mais en nous. La place de cette femme et son positionnement se démarquaient de celui des autres apôtres. Contrairement à eux, elle est restée auprès de Jésus tout au long de son chemin de croix et sa crucifixion. Cela change beaucoup de choses quant au concept de pardon, même si tous finissent par s’y rallier après la résurrection".

Eviter tout polémique

Le fait de porter une telle histoire à l’écran était assez complexe, car, en plus des textes consultés, de l’Évangile selon Saint-Marc à celui de Marie. Ou des nombreuses versions du 1er siècle, chaque consultant avait une version différente, selon sa confession (catholique, juive, orthodoxe, ou protestante) ou sa formation (historien, religieux, archéologue). Mais ils se retrouvaient tous sur un point : le fait que Marie Madeleine ait sa place parmi les apôtres.
Il était important d’éviter les polémiques, ne pas se mettre à dos les Chrétiens, sans pour autant renoncer au discours paritaire. La religion, l’Histoire et le genre peuvent facilement attiser les controverses. Mais au-delà de la compression historique des événements et du traitement de la fonction de Judas. C’est vraiment le point de vue féminin qui changeait la perspective.

L'atmosphère du film

C'est en Sicile qu'une grande partie du film a été tournée. Après une période de répétitions intensives. Plutôt que de faire et refaire les scènes, Garth Davis fait systématiquement travailler ses acteurs sur des improvisations. Les poussant à sortir de leurs zones de confort pour dépasser les limites de leurs scènes. Il pousse également les acteurs à faire beaucoup de recherches en amont. De fouiller en profondeur, de discuter des personnages, de leurs textes. Dans le but de se mettre d’accord sur le sens qu’ils veulent laisser percevoir dans leur interprétation. Il était très important que chaque motivation soit justifiée et surtout ancrée dans une réalité palpable. Afin que le spectateur puisse s’identifier à un univers concret pour accepter l’aspect spirituel de leur discours.

Des acteurs qui doivent s’imprégner de leurs personnages

Garth Davis nous explique : "La répétition est peut-être le stade du film que je préfère. Il faut que les acteurs s’approprient le style de vie de leurs personnages. Ils ont accès à tous les costumes et les accessoires disponibles et je leur demande d’accomplir des tâches de la vie quotidienne. Je leur ai fait préparer et manger un repas avec les aliments de l’époque. De même, je les laisse s’approprier les lieux, les décors pour qu’ils leur donnent vie et ne se contentent pas d’y passer. Je les ai aussi emmenés faire des randonnées en costumes. Je les confrontais à des problèmes matériels qui les obligeaient à comprendre certains aspects du quotidien de leurs personnages. Mais les scènes, on ne les répète jamais".

Jacqueline Durran, les costumes

La créatrice des costumes est la seule nouvelle venue au sein de l’équipe. Elle s’est largement documentée sur l’histoire des costumes juifs, les traditions vestimentaires palestiniennes et tout ce qui pouvait toucher aux atours bibliques. Le but était de partir des éléments de base incontournables pour rester le plus fidèle possible aux coutumes présupposés de l’époque. Le coton, la laine, le lin et le chanvre étaient évidemment de rigueur, traités à la main.
Tous les costumes étaient composés sur la même base : une tunique, une sous-tunique, une étole et des sandales. Chaque comédien décidait ensuite de la manière dont il pouvait ajuster ensemble ces différents éléments.

Fiona Crombie, les décors

Beaucoup de scènes ont été tournées dans le sud de l’Italie. Précisément dans la vieille ville de Matera, et dans l’arrière-pays de Puglia, pour représenter Cana et Jérusalem. Mais l’équipe a passé beaucoup de temps en repérage en Israël pour saisir non seulement l’architecture, mais également la manière dont les gens pouvaient y vivre à l’époque, avec l’aide d’experts, d’architectes et d’historiens locaux.
Le travail sur les décors se voulait en parfaite adéquation avec celui sur les costumes pour créer une harmonie et une fluidité visuelle impactant. Avant le début du film, ensemble, elles ont choisit la palette chromatique. Les deux femmes ont opté pour des tonalités monochromatiques qui s’inséraient parfaitement avec la chaleur poussiéreuse et rocailleuse du paysage sicilien.

Le Temple de Jérusalem

Le Temple de Jérusalem, a souvent été représenté comme un petit marché. Mais en réalité, il s’agissait d’un énorme bazar, de la taille d’environ 16 terrains de foot. La scène où Jésus chasse les marchands du temple a été tournée à Naples, à la Piazza Del Plebiscito, qui avait des dimensions qui se rapprochaient de ce qu’avait dû être le temple sur les hauteurs de Jérusalem. Garth Davis le voulait grouillant, bruyant, avec des prêtres, des percussions, des chants tous azimuts. Avec plus de 400 figurants, ils ont recréé une ambiance très festive à la manière des festivals d’Amérique du Sud.

L'histoire d'une femme apôtre

D’après les Évangiles chrétiens, Marie Madeleine a assisté à la mort de Jésus et à son enterrement. Elle est la première personne à avoir été témoin de sa résurrection.
En 591, le Pape Grégoire a affirmé que Marie Madeleine était une prostituée, une proposition erronée qui a pourtant perduré jusqu’à aujourd’hui.
En 2016, le Vatican a reconnu officiellement Marie Madeleine comme étant l’apôtre des apôtres, leur égal et la première à avoir répandu la nouvelle de la résurrection de Jésus.

Derrière la caméra

Joaquin Phoenix et Rooney Maara ont commencé à se fréquenter durant la production. Les deux acteurs ont joué, un couple marié dans le film Her (2013).
Dernier film du compositeur Jóhann Jóhannsson, il est décédé le 09 février 2018 à Berlin, de causes inconnues.

Weinstein, le scandale

Rooney Mara, le réalisateur Garth Davis et le producteur Harvey Weinstein. Tous les trois, ont collaboré, ensemble, sur le film Lion (2016).

Weinstein Compagny, devait le distribuer, mais à cause du scandale. Des plaintes contre Harvey Weinstein pour des accusation de harcèlement sexuel. Puis la faillite de Weinstein Compagny, a bloqué la sortie du film. Il a fallu faire de nouvelles négociations pour la distribution. Parmi les studios, il y a eu Fox Searchlight, Focus Features, Sony Pictures, Pure Flix Entertainment, Roadside Attractions et Netflix.

Marie Madeleine, son histoire, au-delà de l'histoire
Si cela vous plaît, merci de partager....

Poster un Commentaire

1 Commentaire Sur "Marie Madeleine, son histoire, au-delà de l'histoire"

avatar
  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
Bonjour Wolfneo, C'est encore un bel article que tu as rédigé là et, sur un sujet pas facile avec ce film Marie Madeleine, un film sur un tel sujet, il est certain que cela peut amener des polémiques, c'est toujours un grand risque un tel film sur la religion. Moi, je te remercie pour cet article qui est très complet, les deux bandes-annonces et, les photos sont parfaites, mais bien sûr, c'est ta rubrique Informations que je préfère à chaque fois. Grâce à toi, on sait que la productrice, Liz Watts, n'a aucune prétention théologique ou historique, mais c'est une… Lire la suite »