No dormirás Affiche France

No dormirás

Titre Américain You Shall Not Sleep
Date de sortie 16 mai 2018Durée 1h 45min
Réalisé par Gustavo Hernández
Avec Belen Rueda, Eva De Dominici, Natalia de Molina, Susana Hornos, Eugenia Tobal, Juan Manuel Guilera, Germán Palacios, Joche Rubio, María Zabay
Genre Horreur, Suspense, ThrillerNationalité Argentin, Espagnol, Uruguayen

Synopsis

1984. Dans un hôpital psychiatrique abandonné, une compagnie théâtrale menée de main de maître par Alma, expérimente une technique extrême de jeu. En privant ses comédiens de sommeil, Alma prétend les préparer à donner le meilleur d’eux-mêmes. Au fur et à mesure des jours d’insomnie, les acteurs ressentent des choses de plus en plus étranges… Bianca, jeune actrice en compétition pour le rôle principal, tente de percer les secrets de cet étrange endroit et devient bientôt l’objet de forces inconnues.

Pour regarder le teaser No Dormirás

Pour regarder la bande-annonce VF No Dormirás

Pour regarder l'extrait Apocalypse No Dormirás

Pour regarder l'extrait Marlène No Dormirás

Photos

Poster

Site Film Sharks
Facebook

Informations

Le cinéma uruguayen n’en finit pas de s’imposer, No dormirás dispose de moyens techniques qui n’ont rien à envier au cinéma de genre hollywoodien. La coproduction avec l’Argentine et l’Espagne a permis d’importants moyens et la possibilité de tourner à l’étranger avec des équipes de tous horizons. Le budget du film s’élève à 9,9 millions de dollars, un budget impensable jusque-là pour une réalisation uruguayenne. Un budget considérable également pour les deux autres pays concernés. Ici, on peut le dire, l’union fait la force. On peut aussi saluer le choix de respecter la langue espagnole, point non négligeable dans un contexte où la majorité des coproductions ont succombé aux lois du marché, adoptant l’anglais en perdant de cette façon une part importante de son identité.

L’histoire de No dormirás se déroule dans les années 80, où une troupe de théâtre se lance dans une expérience radicale : la mise en scène d’une pièce de théâtre dans un hôpital psychiatrique abandonné. En jouant avec les limites de l’insomnie et en obligeant les acteurs à rester éveillés, ils cherchent à stimuler leurs perceptions et à accéder à des univers insoupçonnés. Alors commencent les hallucinations et les cauchemars.

Une terreur psychologique à la James Wan

Le film s’inscrit avec succès dans une terreur psychologique à la James Wan, grâce à des scènes au suspense constant, sublimées par la photographie de Bill Nieto (Un homme charmant 'La Luz incidente', Elefante blanco) et la direction artistique de Marcela Bazzano ( Nieve negra 'Black Snow', Encontrarás dragones 'Au prix du sang'). En construisant son récit autour du passé, comme c’était déjà le cas avec The Silent House (La casa muda) '2010', Gustavo Hernández interroge l’inconscient collectif sud-américain. Dans son premier film, il revenait sur un fait divers qui se serait déroulé dans les années 40. L’histoire de No dormirás se passe, sans qu’on y fasse allusion, dans une période trouble marquée par la dictature. Il ne s’agit donc plus d’évoquer les fantômes du passé, mais d’y faire face.

Des lieux de tortures durant la répression

Comme l’Argentine, l’Uruguay réprimait par le sang toute contestation et les artistes faisaient partie de ces cibles privilégiées. Les hôpitaux psychiatriques étaient parmi d’autres bâtiments publics des lieux de tortures, si bien qu’il est difficile de ne pas avoir en tête ce passé douloureux : la privation de sommeil étant, par ailleurs, une technique de torture bien connue. Pas si lointain, ce passé hante The Silent House (La casa muda) et No dormirás. D’une certaine manière, les films de Gustavo Hernàndez rejoignent le travail d’autres cinéastes latino-américains comme Guillermo Del Toro (Le Labyrinthe de Pan, L’Échine du Diable) qui ont su utiliser l’horreur graphique pour évoquer les atrocités de la grande Histoire.

L'évolution du réalisateur

Entre les deux films, Gustavo Hernández a évolué. Il y avait derrière son premier film une volonté de se distinguer à tout prix. L’intention de tenir son récit à travers un unique (faux) plan séquence (filmé avec un appareil photo) inscrivait sa démarche dans la tradition de Blair Witch Project (1999) de Daniel Myrick et Eduardo Sánchez. Cela révélait aussi l’attirance d’Hernández pour des films tels que Martyrs (2008) de Pascal Laugier. No dormirás s’éloigne de la tentation de la tension permanente, pour privilégier un cinéma d’ambiance laissant l’angoisse s’installer. Avec No dormirás, le spectateur navigue entre Les Autres (2001) d’Alejandro Amenabar et la trilogie des Trois Mères (1977 - 2007) de Dario Argento.

Entretien avec réalisateur

Comment est né ce projet ?

No dormirás est né d’une expérience personnelle. Après des nuits d’insomnie, où mes sens étaient devenus plus vifs et la perception de mon environnement plus aiguë, j’ai commencé à faire des recherches sur les répercussions du manque de sommeil sur le cerveau et le corps. J’ai trouvé qu’il serait intéressant de partir du postulat d’une veillée extrême et prolongée.

Pourquoi avez-vous choisi Belén Rueda ? Qu’apporte-t-elle au personnage d’Alma ?

Nous pensions à Belén dés l’écriture du scénario. Nous avons écrit le personnage d’Alma Böhm en pensant à elle.

On retrouve également Eva de Dominici pour son premier rôle au cinéma. Qu’est-ce qui vous a plu chez elle ?

Eva est une actrice très travailleuse, avec une grande sensibilité, très intuitive aussi. C’est la première fois qu’elle travaillait sur un thriller et elle l’a magnifiquement fait. Pendant tout le film, son personnage, Bianca est confrontée à des situations émotionnellement difficiles et dans No dormirás on se rend vraiment compte de l’étendu de son talent.

Les histoires que l’on raconte ont la capacité de rassembler les gens. Comment votre film parvient-il à accomplir cela ?

Ce qui me fascine, ce sont les différents liens qui unissent les hommes. J’ai grandi dans une grande famille, avec une dizaine de personnes sous le même toit. Je crois que les films devraient provoquer des sensations et des émotions différentes chez les spectateurs. Chacun d’entre eux se sentent impliqué dans le récit de façon différente et développent une complicité avec les personnages. C’est très intéressant de voir les réactions des spectateurs dans les salles de cinéma, et encore plus intéressant d’assister aux conversations qui ont lieu après la séance, quand le public échange autour des thèmes du film.

Quels sont les thèmes principaux que l’on retrouve dans No dormirás ?

Les limites de l’art et les sacrifices qu’un artiste doit faire pour créer son oeuvre. C’est quelque chose qui me hantait depuis longtemps et j’avais besoin d’en faire un film. Un artiste est dans une démarche de recherche constante, pour évoluer et créer une oeuvre unique, mémorable. Je pense que le sacrifice est propre à tous les grands artistes.

Doit-on aller aussi loin par amour de l’art ? Ou est-ce simplement prétexte à fiction ?

No dormirás s’inspire de faits réels et de vraies personnes. C’est une fiction, mais avec un peu de vérité. Evidemment, je n’aime pas les expériences extrêmes qui ont un impact trop violent sur les acteurs et les spectateurs. En revanche, je crois au risque que prend l’artiste pour le bien de sa création. Le public cherche aussi de nouvelles expériences qui les surprennent, qui les touchent et comme le dit Alma Böhm dans le film : "C'est comme au cirque. Nous allons au cirque pour voir le funambule. Il ne doit pas mourir, mais s'il a un filet, on voudra se faire rembourser. Il doit tout risquer. Et s'il tombe, on ne détournera pas les yeux."

Le théâtre immersif

Le théâtre immersif brise le “quatrième mur” qui sépare traditionnellement l’acteur et le spectateur. Cela suppose la participation physique du spectateur et parfois son interaction avec les acteurs. Le théâtre immersif se popularise durant les années 90 avec l’utilisation des nouvelles technologies, mais des dispositifs plus anciens, au sein duquel la place du spectateur est interrogée, ont été mis en place un peu partout dans le monde. La première expérience d’immersion pourrait être un spectacle d’André Antoine, inventeur de la mise en scène comme acte artistique, en 1895. Il s’agissait d’une immersion sonore, pour un effet de réel. Les autres propositions, très variées (carrières de lumière des Baux-de-Provence, Compagnie Royal de Luxe, Dark/Noir), firent référence à une expérience physique du spectateur, à un changement dans son positionnement.

Le spectateur est acteur.

Les dispositifs immersifs peuvent être artisanaux et parfois interactifs. Il existe divers degrés d’immersion, le long de deux pôles : immersion contemplative ou participative. On observe parfois une mutation des pratiques du spectateur. Ils le placent à un endroit où il est aussi acteur d’un événement réel, parfois sans qu’il le sache immédiatement, c’est vers ça que tend No dormirás. Il est difficile de dire s’il s’agit ou non de théâtre, car la compagnie joue à la limite entre réel et fiction. Il s’agit ici de provoquer une expérience sensible de moment vécu, mais aussi une expérience sur soi-même. Depuis le début des années 2000, une compagnie londonienne PunchDrunk a donné un côté glamour au théâtre immersif, notamment en collaborant avec la chanteuse Rihanna.

No dormirás, un thriller de Gustavo Hernández de The Silent House
Si cela vous plaît, merci de partager....

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Bonjour Wolfneo, De nouveau un très bel article et cette fois sur No dormirás un film d'horreur, un thriller de Gustavo Hernández. Merci déjà pour les deux bandes-annonces et les deux extraits, des photos toujours de belle qualité et les trois posters. Si Gustavo Hernández tire ce film de son expérience personnelle des nuits d'insomnie... Il a su faire ressentir toute cette angoisse, ces incertitudes sur ce que l'on vit après un tel manque de sommeil aux actrices et acteurs de ce film. Et on peut se poser une question, est ce que l'on vit vraiment tout cela réellement ou… Lire la suite »