Ready Player One Affiche France

Ready Player One

Titre Original
Date de sortie 28 mars 2018Durée 2h 20min
Réalisé par Steven Spielberg
Avec Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, T.J. Miller, Simon Pegg, Mark Rylance, Lena Waithe, Hannah John-Kamen, Philip Zhao, Ralph Ineson
Genre Action, Aventure, Science-FictionNationalité Américain

Synopsis

2045. Le monde réel est devenu presque invivable. Il n'y a que lorsqu'il se réfugie dans l'OASIS, univers virtuel où la grande majorité des hommes passent leur temps, que Wade Watts se sent exister. Dans l'OASIS, où tout est possible, on n'est limité que par son propre imaginaire. Ce monde virtuel a été mis au point par le brillant et excentrique James Halliday : l'inventeur milliardaire a légué son immense fortune et le contrôle absolu de l'OASIS à quiconque remportera les trois manches d'une compétition destinée à lui trouver un digne héritier.
Wade décroche la première manche d'une chasse au trésor qui défie les lois de la physique. Dès lors, avec ses amis du High Five, il se retrouve projeté dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant tout en cherchant à sauver l'OASIS.

Pour regarder la bande-annonce officielle VF Ready Player One

Pour regarder le teaser officielle Comic Con VF Ready Player One

Pour regarder la featurette Steven Spielberg Vost Ready Player One

Pour regarder la 2e bande-annonce officielle Vost Ready Player One

Photos

Affiches des Personnages

Site Officiel
Facebook
Twitter

Informations

Ready Player One est l'adaptation du best-seller d’Ernest Cline, intitulé "Player One". Il y a de nombreuses références aux films de Steven Spielberg dans le roman. Le réalisateur a décidé de supprimer touts les références à ses films.
"C’est une épopée grandiose et tentaculaire qui nous fait faire des allers-retours entre deux mondes radicalement différents", explique-t-il. "Ernest Cline est pour moi un visionnaire : il a imaginé un avenir qui n’est pas loin de celui qui nous attend étant donné les évolutions de la réalité virtuelle".

Ernest Cline inspiré par un réalisateur

Pour l’auteur, Steven Spielberg est l'une de ses plus grandes sources d’inspiration de son premier roman. "Il est difficile d'évaluer l’influence considérable de l’oeuvre de Steven Spielberg sur ma vie et mes centres d'intérêt. Mais je n’aurais pas pu écrire 'Player One' si je n’avais pas vu tous ses films quand j'étais gamin. Comme pour tous ceux qui se sont passionnés pour le cinéma dès l’enfance dans les années 1970 et 80. Son oeuvre coule dans mes veines. Ses films ont fini par inspirer de nombreux aspects de l'intrigue et de mon style de narration. Et on en trouve des indices évidents tout au long du livre".

Un hommage aux personnages des années 80/90

Le film dépeint des personnages de la culture pop des années 80 et 90 tels que Le géant de fer (1999), Tron (1982), Akira (1988), Le seigneur des anneaux : La communauté de l'anneau (2001), Retour vers le futur (1985), Les griffes de la nuit (1984), Tomb Raider (1996) et Duke Nukem (1991) pour n'en nommer que quelques-uns.

Posters de références

La partition musicale est de..

La partition musicale devait à l'origine être composée par John Williams, un collaborateur de longue date de Steven Spielberg. Cependant, en raison de conflits de planning sur un autre film de Spielberg, Pentagon Papers (2017), il quitta le projet. C'est Alan Silvestri qui a pris le relais.

Une inspiration dans les jeux vidéos

Ernest Cline révèle qu’il a puisé son inspiration pour le livre dans certains monuments de sa jeunesse. "L’idée de départ m’est venue d’un jeu Atari qui s’appelle Adventure, premier jeu vidéo dans lequel on trouve un 'Easter egg' (ou clin d’oeil). Son concepteur, Warren Robinett, a glissé son nom dans une salle secrète du jeu. C’était la première fois que je découvrais dans un monde virtuel quelque chose qui avait été dissimulé par son créateur. C’est une expérience grisante qui m’a beaucoup marqué.

J’étais aussi grand amateur des œuvres de Roald Dahl, en particulier des livres qui mettent en scène Willy Wonka, et un jour une idée m’a traversé l’esprit : et si Willy Wonka avait été concepteur de jeux vidéo et non pas chocolatier ? Je me suis mis à imaginer toutes les énigmes et tous les mystères que le milliardaire excentrique aurait pu semer derrière lui afin de se trouver un successeur digne de ce nom, et je me suis dit que je tenais quelque chose".

Les années 80, le puits de la source

La quasi-totalité de ces références évoquent l’atmosphère d’une époque bien spécifique à laquelle Ernest Cline est très attaché : les années 1980. Il s'explique : "James Halliday a conçu son jeu à partir de ses goûts et, ça m’a beaucoup enthousiasmé parce que je me suis dit que ses passions pouvaient refléter les miennes. Les années 1980 ont été les plus marquantes de ma vie parce qu’elles correspondent à mon adolescence. C’est à cette époque, que j’ai reçue ma première console de jeux vidéo et mon premier ordinateur. On était à l’aube d’Internet".

"Je me suis demandé si le livre n’allait plaire qu’aux gens de ma génération nostalgiques des années 1980", poursuit-il. "Mais ça n’a pas été le cas, parce qu’il parle aussi de notre mode de vie actuelle. La plupart d’entre nous avons deux identités : une dans la vie réelle et, une sur le web, sur les réseaux sociaux. Et un peu comme les avatars dans le livre, on peut modeler cette identité virtuelle de façon à ce qu’elle corresponde à l'image qu'on veut donner de soi".

Des USA à l'Angleterre

Bien que l’histoire se déroule à Columbus dans l’Ohio, Ready Player One a été tourné en Angleterre et, notamment dans les studios Warner de Leavesden.
La production a accompli des prouesses en matière d’innovations techniques. Steven Spielberg a collaboré avec ILM et Digital Domain. Pour réussir à plonger les spectateurs dans l’univers fantastique de l’OASIS. Afin d’accentuer le contraste flagrant entre l’OASIS et le monde réel, bien plus aride. Steven Spielberg a filmé les scènes du quotidien en 35 mm. Tandis que les séquences qui se passent dans le monde virtuel ont été tournées en numérique.
"L’effet de superposition qu’il a fallu produire pour l’OASIS reste le dispositif le plus complexe que je n’aie jamais mis en place", estime le cinéaste. "Il a fallu utiliser à la fois la motion capture, la prise de vue réelle et,  l’animation par ordinateur… C’était vraiment comme si on réalisait quatre films en un".

Utiliser la réalité virtuelle

Steven Spielberg a même eu recours aux outils actuels de réalité virtuelle afin de diriger les scènes situées dans le monde virtuel de l’OASIS. Macosko Krieger raconte : "Grâce à un casque de réalité virtuelle, il a pu entrer dans les décors numériques, en avoir une vue à 360°. Et décider des angles de prise de vue, de la façon de tourner chaque scène. C’était une première pour nous et, cela a ouvert de nombreuses perspectives nouvelles pour Steven. Mais cela a été un processus difficile, si bien que je suis vraiment contente que ce soit lui qui s’en soit chargé".
Steven Spielberg souligne que : "Je ne mets jamais un film au service de la technologie, mais toujours la technologie au service du film".

De vraies personnes et des avatars

Tye Sheridan dans le rôle de Wade Watts, garçon timide et solitaire dont l'avatar Parzival réunit toutes les qualités qu'il aimerait avoir.
Olivia Cooke dans le rôle de Samantha, alias Art3mis, figure mythique de l'OASIS, aussi intrépide en tant que créature qu'en tant que joueuse.
Lena Waithe dans le rôle d'Aech, meilleur ami de Parzival : mi-homme, mi-machine, il est aussi dur à cuire dans la vraie vie, sauf qu'il n'a pas le même sexe… Puisqu'il s'agit d'Helen.
Win Morisaki dans le rôle du timide Toshiro, alias Daito, puissant et redoutable guerrier samouraï dans l'OASIS.
Philip Zhao dans le rôle de Sho, maître chinois des arts martiaux qui, dans le monde réel, est un gamin sarcastique de 11 ans du nom de Zhou.

Un premier roman, un premier succès

Premier roman d'Ernest Cline, envisageant un futur ancré dans la culture pop des années 80. Paru en 2011, "Player One" est devenu un phénomène planétaire, publié dans 58 pays et traduit dans 37 langues. Selon Cline, la transposition de son roman à l'écran par un cinéaste mythique est, selon ses termes, "bien plus qu'un rêve qui se concrétise. Ce n'est même pas un rêve que je me serais permis de faire".

Monde réel Vs Monde virtuel

- 2 tournages consécutifs : le premier sur le plateau virtuel des studios Leavesden de Warner qui a repoussé les limites des technologies de tournage numérique ; le second, en prises de vues réelles, dans des décors en dur et des sites naturels du Royaume-Uni. Par la suite, les images de ces deux tournages ont été harmonieusement montées par Steven Spielberg et son équipe pour embarquer le spectateur dans un périple délirant à travers l'univers de Ready Player One.
- 2 univers en rivalité : un monde urbain post-apocalyptique et chaotique, ravagé par la crise économique et environnementale. Et un univers virtuel et utopique ultra-stylisé, qui semble sans limite, où les hommes du monde entier, en 2045, se rendent pour fuir leur quotidien.

D'un livre à un film

Sixième adaptation d'un livre de science-fiction, après "La guerre des mondes" de H.G. Wells, "Jurassic Park" et "Le monde perdu" de Michael Crichton. "A.I. Intelligence Artificielle" de Brian Aldiss, "Minority Report" de Philip K. Dick et… Le propre scénario et roman signés Steven Spielberg, tiré de son chef-d'oeuvre Rencontres du troisième type (1977).

D'autres chiffres pour ce film Ready Player One

6 tours du quartier des Piles de Columbus, construites à partir de 60 véritables mobil-homes hissés sur le plateau de Leavesden. Puis empilés les uns après les autres sur une colonne constituée de poutres métalliques. Cette construction est le fruit de la collaboration entre le département artistique de Stockhausen.
Piloté par le directeur artistique Stuart Rose et, les équipes des effets spéciaux et cascades. Une fois que le réalisateur, ses comédiens et ses techniciens ont achevé le tournage des séquences des Piles sur le gigantesque plateau, si imposant qu'il était visible depuis l'autoroute M25 voisin, les artistes de Digital Domain l'ont décuplé en postproduction pour obtenir le paysage urbain désolé qu'on découvre dans le film.

Explosifs et un système d'arrosage

28 charges d'explosifs et un système d'arrosage sécurisé, piloté par le superviseur effets spéciaux Neil Corbould et son équipe pour détruire, réellement, le décor gigantesque des Piles en l'espace de cinq secondes. L'équipe n'avait pas droit à l'erreur et devait réussir le plan du premier coup.

Vous ferez bien un plein de nostalgie ?

80% des références à la pop-culture présentes dans le scénario se retrouvent dans le film. C'est ainsi que King Kong croise le Joker, Mobile Suit Gundam, Gandalf, Chucky. Et Freddy Krueger, Lara Croft, Duke Nukem, Spartan John-117, les autruches guerrières de Joust. On continue avec Dizzy Wallin de "Gears of War", Chun-Li, Blanka, Sagot et Ryu de "Street Fighter". Un véritable exploit accompli par le superviseur Deidre Backs.

Des véhicules spécialement pour la Salle de Guerre

80 véhicules, spécialement aménagés et construits sur le décor de la Salle de Guerre des Sixers par Corbould et son équipe des effets spéciaux, en association avec Stuart Heath. Ces véhicules étaient manœuvrés par des cascadeurs suivant trois axes de déplacement (en arrière, en avant et latéralement). Pour camper les Sixers, autrement dit cette armada de joueurs engagée par Sorrento. Qui sont sans cesse "ressuscités" dans l'OASIS, sous forme d'avatars, à la recherche des trois clés, l'enjeu de Ready Player One.

Des véhicules emblématiques

9 véhicules emblématiques, parmi les nombreux autres bolides, qui foncent à tombeau ouvert à travers un New York ultra-stylisé. Parzival pilotant la DeLorean customisée. Art3mis chevauchant la moto de Kaneda, tout droit sortie d'Akira. Aech au volant de l'énorme camion Bigfoot lancés dans une course des plus périlleuses aux côtés de l'Interceptor de Mad Max. La Mach 5 de Speed Racer, la Plymouth Fury Christine de 1959. La fourgonnette de L'Agence Tous Risques, la voiture de F1 de Pole Position et la Batmobile version 1966.

Ready Player One marque le retour du maître Steven Spielberg.
Si cela vous plaît, merci de partager....
Étiqueté avec :                                            

Poster un Commentaire

1 Commentaire Sur "Ready Player One marque le retour du maître Steven Spielberg."

avatar
  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
Bonsoir Wolfneo, C'est vraiment un article incroyable que tu nous as rédigé là, sur Ready Player One, un film de science-fiction, d'aventure, qu'on suivra avec beaucoup de plaisir. Merci à toi pour la bande-annonce, le teaser et l'interview de Steven Spielberg et, la seconde bande-annonce en Vost, j'ai vraiment adoré regarder ces vidéos, tout comme les photos et les affiches des personnages, sans oublier les posters de références bien sûr. Tout est parfait dans la rédaction de cet excellent article, dans la mise en page et, grâce à ta rubrique Informations, on comprend vraiment comment ce film, qui est une… Lire la suite »