Robin des Bois Affiche France

Robin des Bois

Titre Original Robin Hood
Date de sortie 28 novembre 2018Durée 1h 56min
Réalisé par Otto Bathurst
Avec Taron Egerton, Jamie Dornan, Jamie Foxx, Eve Hewson, Ben Mendelsohn, Paul Anderson, Tim Minchin, Josh Herdman, Björn Bengtsson, F. Murray Abraham, Cornelius Booth, Ian Peck
Genre Action, Aventure, ThrillerNationalité Américain

Synopsis

Robin de Loxley, combattant aguerri revenu des croisades, et un chef maure prennent la tête d’une audacieuse révolte contre la corruption des institutions.

Pour regarder la 2e bande-annonce VF Robin des Bois

Pour regarder la 3e bande-annonce VF Robin des Bois

Pour regarder l'extrait "Tu te crois plus rapide ?" VF Robin des Bois

Pour regarder l'extrait "Nous frapperons là?" VF Robin des Bois

Pour regarder l'extrait "J'en suis le garant" VF Robin des Bois

Pour regarder l'extrait "Le charme de Loxley" Vostfr Robin des Bois

Photos

Affiches des Personnages

Site Officiel
Facebook
Twitter

Informations

Le film Robin des Bois a eu un budget, estimé à 100 Millions de dollars. Il est sorti le 21 novembre (USA), il n'a rapporté que 21 millions de dollars, c'est un flop.
Peut-être pensez-vous connaître la légende intemporelle, mais jamais encore vous n’aviez vu un tel Robin des Bois ! Sur un rythme effréné qui vous tient et ne vous lâche plus. Ce film dresse du légendaire hors-la-loi un portrait original, celui d’un homme sombre et fascinant. Un héros aux yeux d’une ville agitée qui en a désespérément besoin. Dans un mélange explosif d’action et d’aventure qui lui, est bien de notre époque.

Moderniser la légende

La toute première révolte de Robin contre un royaume corrompu offre batailles farouches, combats acrobatiques, amitié incongrue. Cette nouvelle version de Robin des Bois voit grand pour célébrer le retour d’un super-héros du cinéma en 2018. Avec Taron Egerton, ce Robin est un guerrier de l’ombre résolument moderne. S’il est né noble, seigneur de Loxley, c’est désormais un vétéran de la guerre hanté qui a tout perdu.

Les producteurs

Ce qui a donné envie à Leonardo DiCaprio et Jennifer Davisson (de la société de production de DiCaprio, Appian Way) de produire le film. C’est l’opportunité de réinventer les origines de l’esprit de rébellion de Robin et de sa quête de justice dans un monde où règne la cupidité. Jennifer Davisson explique : "Nous étions intrigués par l’originalité du scénario et le nouveau regard porté sur des thèmes intemporels. C’est exactement ce que nous faisons dans notre société de production. C’est un Robin des Bois complexe. De la même façon que Bruce Wayne ne cherchait pas à devenir un héros, mais en est devenu un parce que Gotham avait besoin d’un Batman. Robin ne se destine pas à être Robin des Bois, mais Nottingham a besoin qu’il le fasse".

Le réalisateur

Le réalisateur, Otto Bathurst, voulait repartir de zéro et créer un personnage adapté aux films d’action contemporains au rythme effréné. Otto Bathurst, arrivé sur le devant de la scène grâce à l’extraordinaire succès de la série "Peaky Blinders" et un épisode de "Black Mirror" qui a beaucoup fait parler de lui. Il a toujours adoré bousculer les certitudes et les attentes. Otto Bathurst explique sa vision du personnage : la véritable raison qui fait de Robin des Bois un héros depuis 800 ans, c’est qu’il représentait une énorme épine dans le pied de la haute société, du gouvernement et de l’ordre établi. C’est pour ça que les gens l’adorent encore aujourd’hui. Parce que c’est le symbole de cette voix, là-dehors, qui bouscule le statu quo que nous laissons tous exister.

Robin façon Bathurst

Otto Bathurst explique : "Pour moi, Robin des Bois avait tous les ingrédients d’une histoire intéressante et résolument contemporaine. Vous avez un homme qui vit en apparence une vie confortable à laquelle rien ne manque. Il décide de partir en guerre, plein de grands idéaux, de croyances et de passion. Mais il découvre alors la corruption et la méchanceté des dirigeants de ce monde et cela le détruit. Sa foi en sa nation et sa religion est anéantie, il se retrouve totalement désabusé. Nous voyons Robin comme un héros, mais je voulais comprendre comment et pourquoi il était devenu cette légende. Ce qui brûle au fond de lui et ce qui le pousse à se battre pour la vérité avec un tel acharnement."

Flèches en rafales, braquage médiéval et courses-poursuites à cheval

Le travail a commencé bien avant le tournage. Avec l’entraînement de Taron Egerton et Jamie Foxx aux côtés des maîtres archers Steve Ralphs et Lars Andersen. Ils devaient leur permettre d’incarner des archers hors pair, comme on n’en avait jamais vu au cinéma. Lars Andersen, un archer connu pour sa vitesse fulgurante et ses exploits incroyables visibles sur Youtube. Il était ravi d’avoir l’opportunité de montrer les possibilités d’un archer. Lorsqu’il combine sa technique au rythme tendu et à l’action spectaculaire qu’attendent les spectateurs d’un film en 2018. Lars Andersen déclare :"Le public a l’habitude de voir un tir à l’arc relativement statique dans les films, mais il peut être incroyablement dynamique. Nous avons eu la chance de montrer le tir à l’arc comme dans la réalité.".

Robin des Bois Affiche France

Un véritable arsenal

Le célèbre concepteur d’armes Tim Wildgoose (Assassin's Creed, Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur) créait un véritable arsenal d’arcs spéciaux et innovants pour les membres du casting. Celui-ci comprend notamment une arbalète à répétition qui permet de tirer comme avec une arme à feu automatique. Une arme que Tim Wildgoose qualifie de "lance-roquettes à flèches". Parmi les autres armes, on compte une grande arbalète mécanique, une arbalète qui décoche des grenades à gaz, des "arcs de sniper" camouflés et les "matraques de Nottingham". Une redoutable version d’une matraque de police recouverte de métal. Robin commence par utiliser un "longbow", le grand arc anglais traditionnel. Mais lorsqu’il débute son entraînement avec Jean, il passe à un arc classique dit "recurve". Un arc aux extrémités recourbées qui se déforme lorsque la corde est relâchée, offrant plus de puissance et de vitesse à la flèche.

Un archer a son propre arc.

Chaque arc a été conçu sur-mesure pour le personnage qui l’utilise. Tim Wildgoose déclare : "Otto voulait que nous les personnalisions vraiment. Comme l’aurait fait chaque soldat au fil des années passées au combat, en y ajoutant ses propres inscriptions, emblèmes, gravures et babioles".

Nottingham

Otto Bathurst a adoré créer sa propre vision de Nottingham en partant de zéro. Il a imaginé une ville où se côtoient noblesse guindée et mineurs étouffés par la suie dans des bas-fonds tentaculaires. Une ville qui reflète le fossé entre les riches et les pauvres. Bravant toutes les conventions du film d’époque, Otto Bathurst a imaginé son monde en s’inspirant d’architectures diverses et variées. De l’Europe médiévale à l’Asie du XVIIIe siècle, en passant par le Brutalisme du XXe. Aidé par le directeur de la photographie George Steel le chef décorateur Jean-Vincent Puzos et le chef costumier Julian Day. George Steel a utilisé la caméra numérique Panavision DXL 65 mm, une première. Les scènes de combat de haute voltige, se déplaçant de toit en toit avec un support caméra spécialement adapté pour la prise de vues en caméra portée.

Le Palais de Nottingham

L’intérieur du Palais de Nottingham, constitué d’un opulent mélange de sculptures métalliques, de soieries, de tapisseries, de miroirs, de vitraux, de céramiques, de coussins, de lustres, de tables de roulette, de pipes à opium et de lanternes rouges. Comme si le Las Vegas de 2018 avait fusionné avec l’Angleterre du XIIe siècle. Il a également été créé aux studios Korda. Jean-Vincent Puzos déclare : "Nous avons repoussé toutes les limites pour cette salle. La richesse et le glamour de l’élite de Nottingham sont vraiment à l’honneur".

La cave à vins

C’est aussi à Budapest, dans une cave à vin vieille de 83 ans, que Jean-Vincent Puzos et son équipe ont construit les catacombes poussiéreuses qui abritent les appartements et la bibliothèque de Frère Tuck. Le décor est inspiré de l’artiste allemand d’après-guerre Anselm Kiefer. Jean-Vincent Puzos explique : "Kiefer fait beaucoup de choses en incorporant des matières premières brutes et en créant des surfaces incrustées. Nous avons imité ce processus pour créer les étagères de Tuck".

Le chef décorateur

De son côté, Jean-Vincent Puzos relevait le défi immense de construire une toute nouvelle Nottingham à partir de zéro. Il déclare : "Au cours de mes premières discussions avec Otto, nous imaginions Nottingham comme un melting-pot de différentes influences culturelles. On sent l’influence de Frank Lloyd Wright (architecte) et de Bugatti. Mais aussi une inspiration néo-gothique du XIXe siècle. Nous n’avions qu’une seule règle : il n’y a pas de règle". Jean-Vincent Puzos a adoré que les murs inhabituellement hauts de Dubrovnik lui permettent de penser la ville à la verticale. Cependant, en raison de la classification de la ville comme site historique par l’UNESCO. L’équipe de tournage a dû faire extrêmement attention à ne rien abîmer.

Le tournage à Dubrovnik

Le tournage de Robin des Bois s’est déroulé dans trois pays différents sur une période de quatre mois. En commençant par la ville historique fortifiée de Dubrovnik en Croatie. L’un des autres emblèmes de Dubrovnik. La spectaculaire église Saint-Dominique, aux airs de forteresse du XIIIe siècle. Elle a servi de façade au Palais de Nottingham où Robin et Marianne s’invitent à un somptueux bal costumé. Nottingham, se doit avoir pleins de chevaux. Le dresseur László Juhász Jnr. a supervisé une écurie de plus de 70 chevaux. Dont un magnifique Frison noir monté par le shérif de Nottingham et le "Castano" de Robin des Bois, un Pure race espagnole de 13 ans.

Le désert Syrien

À Budapest, en Hongrie, le film a été tourné dans les studios Korda. Où Jean-Vincent Puzos et son équipe ont reconstitué le désert syrien pour y creuser des tranchées de 2 mètres de profondeur. Le camp de base des Croisés, avec ses drapeaux, ses tentes et ses images religieuses. C'est la première des choses qui fait prendre conscience à Robin que les soldats sont utilisés pour remplir les caisses des riches. Dans l’esprit de renouveau du film, Otto Bathurst voulait vraiment aborder les Croisades, et les combats rapprochés, d’un point de vue moderne. C’est dans une usine d’aluminium abandonnée près de Budapest que Jean-Vincent Puzos et son équipe ont construit la cible de l’assaut des Croisés. Une ville syrienne ravagée abritant des soldats maures ennemis. Cet énorme espace a nécessité 6 semaines de préparation.

Les costumes

Près de 95 % des costumes ont été réalisés à la main par Julian Day et son équipe. Leur travail a évidemment commencé par le relooking de Robin et de sa fameuse capuche. Julian Day déclare : "Tout tournait toujours autour de la capuche. J’ai regardé des centaines de styles de capuches différentes, mais je ne parvenais pas à trouver quoi que ce soit de vraiment excitant. J’ai donc commencé à chercher du côté des vestes en cuir des motards. C’est comme ça que nous avons imaginé ce look qui combine une sorte de veste de motard en cuir à la Marlon Brando avec une armure de samouraï". De la même façon, Julian Day ne voulait pas donner un air de jouvencelle à Marianne. Julian Day a créé aussi les uniformes bleus des soldats sarrasins.

Robin des Bois, une version revisitée, modernisée avec Taron Egerton
Merci de partager....
Étiqueté avec :                                                        

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Bonjour Wolfneo, Merci pour ce bel article sur le film Robin des Bois par Otto Bathurst. Merci à toi pour les deux bandes-annonces, et les extraits "Tu te crois plus rapide ?", "Nous frapperons là?", "J'en suis le garant" et "Le charme de Loxley". J'ai pris beaucoup de plaisir à regarder ces différentes vidéos, et je comprends un peu qu'une partie du public n'adhère pas à cette version revisitée, modernisée. On a parfois du mal à retrouver l'histoire que l'on connaît de Robin des Bois, le langage parfois trop moderne pour l'époque, les costumes et aussi le fait en ce… Lire la suite »