Sans un bruit Affiche France

Sans un bruit

Titre Original A Quiet Place
Date de sortie 20 juin 2018Durée 1h 30min
Réalisé par John Krasinski
Avec Emily blunt, John Krasinski, Millicent Simmonds, Noah Jupe, Cade Woodward, Leon Russom
Genre Drame, Epouvante, Horreur, Science-fiction, ThrillerNationalité Américain

Synopsis

Film interdit aux moins de 12 ans.
Une famille tente de survivre sous la menace de mystérieuses créatures qui attaquent au moindre bruit. S’ils vous entendent, il est déjà trop tard.

Pour regarder la bande-annonce VF Sans un bruit

Pour regarder la bande-annonce Finale VF Sans un bruit

Photos

Site Officiel
Facebook
Twitter

Informations

Quand John Krasinski s’est penché pour la première fois sur le scénario de Sans un bruit. Ecrit par le duo formé par Bryan Woods et Scott Beck (Night Light '2015'), le synopsis terrifiant a tout particulièrement résonné en lui. En effet, sa femme, la comédienne, Emily Blunt, venait tout juste de donner naissance à leur seconde fille. Les nuits du jeune père étaient déjà rythmées par la quiétude mêlée d’anxiété que connaît tout jeune parent.

Un parallèle avec sa vie

À cette période de sa vie, John Krasinski avait déjà fait ses preuves en tant qu’acteur (de Detroit à 13 Hours). Mais également en tant que scénariste, parmi ses scénarios figure celui pour Promised Land de Gus Van Sant. Et réalisateur débutants, il a signé Brief Interviews with Hideous Men puis La Famille Hollar. Mais avec Sans un bruit, son premier long-métrage d’envergure. John Krasinski n’a pas eu d’autre choix que de porter ces trois casquettes en même temps. Alors qu’il s’attelait à la réécriture de l’histoire très conceptuelle de Woods et Beck. Il y a également vu l’occasion de jouer avec le pouvoir inhérent au genre du film d’horreur.  Il souhaitait faire monter la peur petit à petit. Mais plus encore, il souhaitait créer une véritable lutte. Entre le bruit et le silence, la peur et l'amour, et mettre tout en oeuvre une expérience émotionnelle très tendue.

Souvenir du réalisateur

John Krasinski se remémore ce qui l’a fasciné en premier : "J’étais déjà en train de faire face à toutes les angoisses du jeune parent. Comment protéger mes filles et être un bon père. Quand j’ai reçu ce scénario, si bien que je m’y suis identifié à un niveau très personnel. J’ai senti que sous la surface de l’histoire, il y avait une métaphore intéressante mais terrible sur le rôle d’un parent. J’étais vraiment très à fleur de peau et très nerveux à ce moment-là. Et ça a donc été très fort d’imaginer ce que des parents seraient prêts à faire pour protéger leurs enfants. C’est-à-dire faire l’impossible, vivre sans un bruit. Mon imagination s’est totalement affolée. Il y avait tellement d’éléments à explorer à partir de cette idée".

Un nouveau genre pour Krasinski

L’horreur est un genre tout nouveau pour John Krasinski en tant que scénariste et réalisateur. Mais d’emblée, il s’y est investi avec son propre ressenti. "En réalité, mes films préférés, d’horreur ou pas, sont ceux qui nourrissent une métaphore sous-jacente palpable", explique-t-il.
Comme l’ensemble du cinéma d’horreur, Sans un bruit est né d’un scénario audacieux, tout droit sorti de nos pires cauchemars. Mais à partir de là, John Krasinski a emprunté une autre direction. Lier l’amour et la peur, et faire participer activement le public à travers ces deux émotions. Il s’agissait de faire croître ce sentiment de terreur à mesure que l’attachement des spectateurs à la famille Abbott grandirait.

La maîtrise du son

L'utilisation innovante des signaux sonores a été primordiale. Lorsque le réalisateur s’est plongé dans la réécriture du scénario. Il a commencé à élaborer des listes très complètes des bruits de tous les jours, en les classant en deux catégories : les bruits "rassurants" et les bruits "dangereux".
Créer un monde en totale opposition avec le bruit de fond entêtant qui occupe le nôtre. Un monde où le bruit est perçu comme dangereux mais s’avère inhérent à toute expérience humaine. Cela s’est révélé à la fois palpitant et éclairant.

A l'écoute de chaque bruit

"Je me suis mis à tout écouter", avoue-t-il. "Du cliquetis des couverts sur les assiettes jusqu’à la façon dont les chaussures tombent sur le sol lorsqu’on les enlève. C’est même devenu une sorte de jeu à la maison. Ma femme (Emily Blunt) et moi, on essayait d’être silencieux et si jamais l’un d’entre nous faisait le moindre bruit, il fallait qu’on se tourne l’un vers l’autre le plus silencieusement possible et lui dise 't'es mort'. Finalement, ça a été une très bonne préparation".

Une aide précieuse et expérimentée

À mesure que le tournage avançait, le soutien de l’équipe très expérimentée de Platinum Dunes. Qui lui avait fait découvrir le projet, a vraiment donné des ailes à John Krasinski. Michael Bay, Andrew Form et Brad Fuller ne sont pas seulement trois des réalisateurs/producteurs les plus puissants du secteur. Mais ce sont également trois passionnés de cinéma d’horreur, comme ils l’ont montré à travers les sagas American Nightmare ou Ouija. Ou bien à travers des remakes de classiques comme Massacre à la tronçonneuse, Amityville, Vendredi 13 ou encore Les griffes de la nuit.

La primeur de lire le scénario

Très en amont, John Krasinski a fait lire le scénario de Sans un bruit, à sa femme. L’actrice britannique Emily Blunt, qui a joué dans L'agence, Edge of Tomorrow, Le Chasseur et la Reine des glaces et La Fille du train. À peine l’a-t-elle lu qu’elle a immédiatement proposé qu’ils jouent ensemble les rôles de Lee et Evelyn Abbott, afin d’ajouter une touche de réalisme et de tendresse sincère que le film. John Krasinski avoue avoir été emballé par la réaction de sa femme, mais également un peu angoissé à l’idée de travailler pour la première fois avec elle sur un film.

Les créatures

Il a fait appel à une équipe d’artistes de grand talent. comme le chef-décorateur nommé aux Oscars Jeffrey Beecroft (L'armée des 12 singes, Transformers : L’Âge de l'extinction). Le superviseur effets visuels  Scott Farrar (Le Monde de Narnia (Chapitre 1), A.I. Intelligence Artificielle).  Le superviseur effets spéciaux Mark Hawker (Un raccourci dans le temps, Terminator Genisys). Le superviseur animation Rick O’Connor (la saga Transformers) ainsi que les experts en effets visuels d’Industrial Light and Magic, qui ont tous travaillé en étroite collaboration avec John Krasinski.

L'aspect des créatures

Jeffrey Beecroft raconte : "Quand on a commencé à concevoir les créatures. On s’est d’abord demandé de quel type de monde elles venaient. Ce sont des créatures qui entendent avec tout leur corps. Si bien que pour leur apparence physique. Je me suis inspiré d’une coquille de nautile. Lorsqu’un bruit un peu fort résonne à l’intérieur de leur corps, ça leur fait tellement mal qu’elles sont prêtes à détruire tout ce qui émet du bruit. Mais leur organisme est aussi extrêmement résistant, si bien qu’elles semblent invulnérables".

La ferme

L’élaboration de la ferme a exigé d’importants préparatifs. L’équipe de Jeffrey Beecroft a érigé des granges, planté 9 hectares de maïs, conçu ce qui allait devenir le potager de la famille Abbott.  Elle a construit des routes, et même un silo à grain de 20 mètres de haut. Plusieurs mois avant le début du tournage. "Il fallait que tout soit prêt dès le premier jour. Parce que John souhaitait que la ferme ait l’air habitée, vivante", précise Jeffrey Beecroft. Les producteurs ont trouvé leur point de départ à Pawling, dans l’État de New York. Une petite ville bucolique du comté de Duchess d’à peine plus de 8 000 habitants. "C’est John qui a trouvé l’endroit très vite, non loin de là où Emily et lui habitent, et c’était parfait", raconte Jeffrey Beecroft.

Le langage des signes

La jeune actrice Millie Simmonds, est devenu sourde enfant, à cause d'une surdose de médicament. Elle était la jeune fille idéale pour le rôle de Regan Abbott. Le réalisateur explique : "Elle me disait parfois : 'C’est vrai que je suis frustrée et que je ne me sens pas à ma place parfois'. Elle comprenait Regan bien plus intimement que moi. Du coup, je lui ai répété que je faisais ce film pour que ceux qui ne se sentent pas à leur place sachent qu’eux aussi peuvent être des super-héros". Finalement, toute la distribution a dû apprendre la langue des signes. En travaillant étroitement sur le plateau avec Douglas Ridloff, leur coach, qui leur a permis de préciser les nuances.  John Krasinski explique que le simple fait d’observer Millie Simmonds en train de signer a été une révélation à plusieurs niveaux."

Devant la caméra

John Krasinski, on le retrouvera dans la série TV Jack Ryan. Elle sera produite par Michael Bay. Emily Blunt, on la retrouvera dans Le Retour de Mary Poppins. La suite du classique Disney de 1964. Elle y aura pour partenaire Lin-Manuel Miranda sous la direction de Rob Marshall.

Millie Simmonds a tourné dans La musée des merveilles (2017) de Todd Haynes.. L’actrice se produit dans des pièces de William Shakespeare. Avec le club de théâtre de la Jean Massieu School depuis 5 ans. Elle s’est vu remettre un certificat d’excellence pour son interprétation de Puck dans "Le songe d’une nuit d’été".
Noah Jupe (Marcus abbott) s’est produit dans Bienvenue à Suburbicon (2017) de George Clooney, aux côtés de Matt Damon. Il est aussi à l’affiche de Wonder, avec Jacob Tremblay et Julia Roberts. On a pu le voir dans le film Titan (2018) avec Sam Worthington. On le retrouvera dans Holmes & Watson (2019), aux côtés de Will Ferrell et John C. Reilly.

Sans un bruit, film d'horreur avec John Krasinski et Emily Blunt
Si cela vous plaît, merci de partager....
Étiqueté avec :                            

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Bonjour Wolfneo, Merci à toi pour cet excellent article sur le film Sans un bruit de John Krasinski. Merci pour les deux bandes-annonces que j'ai déjà regardées plusieurs fois, et les photos toujours de très belle qualité avec une petite remarque pour la dernière d'Emily Blunt où on la voit mettre son doigt sur sa bouche, ce geste résume tout le film, il ne faut surtout pas faire de bruit et, je trouve cette photo très belle. Ce film d'horreur m'impressionne beaucoup, comment vivre sans faire le moindre bruit..Autrement, il sera peut-être trop tard et ces créatures très mystérieuses vont… Lire la suite »