Searching - Portée disparue Affiche France

Searching - Portée disparue

Titre Original Searching
Date de sortie 12 septembre 2018Durée 1h 42min
Réalisé par Aneesh Chaganty
Avec John Cho, Debra Messing, Joseph Lee, Michelle La, Sara Sohn, Dominic Hoffman, Connor McRaith, Briana McLean
Genre Drame, Policier, ThrillerNationalité Américain

Synopsis

Alors que Margot, 16 ans, a disparu, l’enquête ouverte ne donne rien et malgré les heures décisives qui s’écoulent, l’inspectrice chargée de l’affaire n’a pas le moindre indice. Le père, David, décide alors de mener ses propres recherches, en commençant par là où personne n’a encore regardé : l’ordinateur de sa fille.
Ce thriller à la pointe de notre quotidien raconte l’incroyable traque numérique d’un père prêt à tout pour retrouver sa fille en pistant les moyens de communication high-tech que nous utilisons tous chaque jour, avant que ses traces ne s’effacent...

Pour regarder la bande-annonce VF Searching - Portée disparue

Pour regarder le spot "Missing review" VF Searching - Portée disparue

Pour regarder le spot "Quotes" VF Searching - Portée disparue

Photos

Searching - Portée disparue Photo Michelle La

Site Officiel
Facebook
Twitter

Informations

L’idée de Searching - Portée disparue est née lorsque deux jeunes cinéastes. Le scénariste et réalisateur Aneesh Chaganty, le scénariste et producteur Sev Ohanian, en collaboration avec le producteur chevronné Timur Bekmambetov. Ils ont eu l’idée de réaliser un thriller ultramoderne raconté par le biais de la technologie et des appareils électroniques que nous utilisons au quotidien pour communiquer.

Pour raconter cette histoire, les cinéastes ont opté pour un langage narratif très visuel. Celui-ci dépeint avec authenticité la manière dont nous interagissons aujourd’hui. Et il explore la réalité de la relation parent-enfant à l’ère d’Internet. Les modes de communication modernes nous permettent de nous présenter et de nous réinventer de manière instantanée. Le monde virtuel, avec tout ce qu’il comporte de potentiel, mais aussi de dangers. Il attire particulièrement les adolescents, qui cherchent à repousser leurs limites et à explorer leur identité.

Première collaboration

Searching - Portée disparue marque les débuts derrière la caméra du duo formé par Aneesh Chaganty et Sev Ohanian. Les deux hommes se sont rencontrés dans un cours de production cinématographique à l’Université de Californie du Sud. Sev Ohanian était professeur adjoint et Aneesh Chaganty l’un de ses meilleurs élèves. Sev Ohanian raconte : "Aneesh avait toujours les meilleures idées et il faisait preuve d’une remarquable éthique professionnelle, d’une incroyable énergie et d’une grande curiosité. Son potentiel sautait aux yeux". Professeur et élève sont finalement devenus partenaires d’écriture et collaborateurs, et très rapidement.

Leurs parcours à chacun

Sev Ohanian s’est imposé sur la scène indépendante en produisant notamment Fruitvale Station, Results et The Intervention. Tous présentés au Festival du film de Sundance.
Aneesh Chaganty travaillait pour sa part pour Google à New York, où il créait de courtes vidéos. On lui doit notamment "Google Glass: Seeds". Un court-métrage entièrement réalisé avec Google Glass à la demande d’un petit programme baptisé The Creative Collective. Dont l’objectif était de déterminer comment l’utilisation de ces lunettes à réalité augmentée intégrée pourrait être appliquée au cinéma. La création de ce contenu a nécessité des procédés techniques et opérationnels qu’Aneesh Chaganty et Sev Ohanian ont ensuite utilisés pour la production de Searching - Portée disparue.

Un nouveau langage cinématographique

Timur Bekmambetov expérimentait lui aussi une nouvelle approche cinématographique capable de mieux illustrer nos modèles de communication modernes. Un concept qu’il a baptisé "vie virtuelle" et qu’il qualifie de "nouveau langage cinématographique". L’idée lui est venue en 2012 au cours d’une conversation sur Skype avec son partenaire de production. Une fois leur échange terminé, son collègue a oublié de désactiver la fonction de partage d’écran. Timur Bekmambetov a ainsi pu voir les recherches qu’il faisait sur Internet, quels messages il envoyait sur Facebook, ce qu’il commandait sur Amazon, etc. Cette expérience lui a donné un aperçu en temps réel de la vie intime de son ami. Cela uniquement grâce aux fenêtres qui étaient ouvertes sur son ordinateur, à la manière dont il déplaçait sa souris, à ses choix, à sa façon dont il tapait sur son clavier. Cela révèle un kaléidoscope d’émotions sous une forme singulièrement visuelle.

Du court-métrage au long-métrage

Sev Ohanian et Aneesh Chaganty, habitués à développer des contenus courts. Ils avaient imaginé l’histoire d’un père qui fouille dans l’ordinateur portable de sa fille disparue. En pensant qu’elle s’intégrerait dans une série de courts-métrages. Timur Bekmambetov explique : "Je n’étais pas intéressé par un court-métrage, mais j’ai tout de suite pensé que cette histoire ferait un fabuleux film. Et Sev et Aneesh avaient de très bonnes idées. J’aime beaucoup travailler avec de jeunes cinéastes, car ce sont eux qui ont généralement les idées les plus audacieuses et les plus créatives. Sev et Aneesh en sont l’exemple même."

Un moment d'hésitation

Bazelevs Productions a confié l’écriture du film au duo et proposé à Aneesh Chaganty de le réaliser… Ce que ce dernier a d’abord refusé. Les deux hommes ont quitté le rendez-vous en promettant d’y réfléchir afin de prendre le temps de déterminer si le format long métrage se prêtait à l’histoire qu’ils voulaient raconter. Finalement, les cinéastes ont accepté d’écrire et de mettre le film en scène, inspirés par les séquences d’ouverture d’autres films. Et par un curieux hasard, les deux hommes ont eu la même idée concernant les premières minutes du film. Alors qu’ils se trouvaient à des milliers de kilomètres l’un de l’autre.
Le prologue du film se compose ainsi de conversations vidéo, d’entrées de calendrier, d’extraits de films familiaux tournés sur un portable et de SMS qui retracent la naissance de Margot. Le bonheur des premières années et les épreuves qui s’ensuivent.

Le prototypage

Pour préparer le tournage, Aneesh Chaganty a emprunté une technique qu’il avait utilisée chez Google baptisée "prototypage". Et qui n’est pas sans rappeler la prévisualisation employée par l’industrie du cinéma. Sev Ohanian explique : "Le prototypage consiste à créer une version initiale d’un projet à partir d’images temporaires et de documentation rassemblée par nos propres moyens. Aneesh connaissait bien cette méthode et l’a appliquée au film, en créant très tôt une version entière du film. Cela s’est révélée très utile, car elle nous a permis de voir ce qu’il donnerait avant même de le tourner. Mais également de résoudre de nombreux problèmes avant d’y être confrontés. En substance, nous avons commencé à monter le film sept semaines avant le début du tournage principal !"

L'inspectrice Vick

Debra Messing, qui incarne l’inspectrice Rosemary Vick. Une femme déterminée, en charge de l’enquête sur la disparition de Margot Kim. L’actrice déclare : "J’étais très intriguée, car je n’avais littéralement jamais lu un scénario comme celui-ci. Si ce film est si original, captivant et visionnaire, c’est parce qu’il est raconté de manière totalement inédite. La lecture du script était en soi une expérience à part, et c’est ce qui m’a plu."

Debra Messing s'est impliquée dans son rôle

Puisque dans une certaine mesure, la vie imite l’art, Debra Messing a eu recours à la communication vidéo. Si présente dans le film, pour mener ses propres recherches. Elle raconte : "Il était très important pour moi de comprendre en quoi consiste le travail des inspecteurs en charge des enquêtes sur les personnes disparues. J’ai eu la chance de pouvoir discuter simultanément avec deux policiers de Los Angeles sur FaceTime. Ça a été très enrichissant, ils ont été très patients avec moi et m’ont tout expliqué. Du protocole mis en place lorsqu’une disparition est déclarée. Puis à l’exercice qui consiste à s’exprimer devant les journalistes pour parler de l’enquête. En passant par les relations entre la famille de la victime, les enquêteurs et les autorités."

Devant les écrans

Si la préparation de Debra Messing a été relativement traditionnelle. Le tournage, lui, s’est révélé tout sauf conventionnel. Elle se souvient : "Mon premier jour sur le tournage a sans doute été le plus déconcertant. J’avais une scène avec John, mais nous n’étions jamais ensemble physiquement. C’était assez incroyable, nous nous trouvions dans deux pièces différentes, chacun avec son ordinateur portable surmonté d’une GoPro, et nous avons réussi à filmer la scène en temps réel exactement comme dans la vraie vie, ce qui rend cet échange très naturel et réaliste. Dans un film classique, une scène comme celle-ci aurait été filmée en plusieurs prises depuis différents angles, d’abord d’un point de vue puis de l’autre, en déplaçant le matériel de prises de vues et d’éclairage, alors que là, tout ce qui se passait à l’écran ou autour était enregistré simultanément, ce qui était très intéressant."

Le père de Margot

John Cho, séduit par l’arc dramatique des personnages et en particulier par celui de David Kim. Ainsi que par les nombreux rebondissements de l’histoire. Il a été fasciné et intrigué par le style visuel novateur du film. Bien qu’initialement sceptique, il a fini par se familiariser avec ce nouveau format.
John Cho explique : "Plus que jamais auparavant dans ma carrière, il a fallu que je m’en remette entièrement au réalisateur. Être constamment filmé en très gros plan est très étrange. D’autant que nous avions rarement tous les détails visuels qui ont été ajoutés dans la version finale du film. Si bien qu’Aneesh devait m’expliquer ce que David regardait. Le mouvement des yeux et la direction du regard jouent un rôle extrêmement important, il a donc fallu que j’imagine ce qui serait ensuite intégré à l’écran."

La disparue

Michelle La, qui incarne Margot, la fille disparue de David Kim. Elle s’est facilement identifiée à son personnage. Michelle explique : "Margot est une brillante adolescente de 16 ans pleine de vie. Elle a grandi au sein d’une famille aimante, mais petit à petit, on découvre qu’elle s’est renfermée sur elle-même suite à un événement tragique. Je comprends très bien ce qu’elle vit. Avoir 16 ans n’a rien d’évident. On se contente souvent de dire que les adolescents sont 'incompris' alors que le problème est en réalité beaucoup plus profond. Il est très facile d’être submergé par toutes les émotions que l’on ressent à cet âge."

Le directeur de la photographie

Tout au long de l’aventure, les acteurs de Searching - Portée disparue ont travaillé en étroite collaboration avec le directeur de la photographie Juan Sebastian Baron. Ce dernier était en charge de la gestion technique et créative de plus d’une douzaine d’appareils vidéo utilisés pour tourner le film. Chacun obéissant à ses propres règles et contraintes. En revanche, il n’a pas eu à s’occuper du choix des objectifs et des mouvements de dolly. Puisque la plupart des caméras qui enregistraient l’action étaient fixes. Qu’elles soient intégrées aux ordinateurs ou qu’elles imitent des caméras de surveillance.

Technologie

Il confie également avoir été soulagé de pouvoir compter sur des technologies existantes. Il explique : "Par chance, Bazelevs, notre société de production, avait déjà développé en interne une technologie. Celle-ci nous a notamment permis de réaliser les conversations FaceTime que l’on voit dans le film. Il s’agit d’un dispositif composé d’ordinateurs portables factices surmontés de GoPro. Dans lesquels ont été intégrées des LED pour simuler la luminosité d’un écran. Ce système très "Frankensteinesque", j’en conviens. Il nous a permis de résoudre le problème des scènes dans lesquelles les personnages discutent par écrans interposés. Le défi logistique était de taille. Il a fallu sélectionner soigneusement chaque contenu présenté dans le film. Puis de les classer chronologiquement, avant de définir par quel type de caméra nous désirions qu’il soit filmé. Nous avons resserré sur des types de caméras pouvant offrir des esthétiques et des styles différents, mais authentiques."

Une décoration aux airs de cinéma-vérité

Le chef décorateur Angel Herrera s’est vu lui aussi confier une mission unique. Créer des décors de cinéma traditionnels qui seraient vus à travers le filtre d’un écran d’ordinateur ou d’un téléphone portable. Searching - Portée disparue est en effet une fiction aux airs de cinéma-vérité avec un design graphique particulier. Angel Herrera explique : "L’esthétique générale du film est très réaliste. Aneesh tenait à ce qu’on ait l’impression de regarder un documentaire. La plupart des décors n’apparaissent qu’en arrière-plan, en particulier lorsque les personnages s’adressent directement à la caméra. Toute la difficulté a donc consisté à créer des décors qui permettent aux spectateurs de mieux cerner les personnages. De se faire une idée de leur vie, sans trop en faire ni donner l’impression d’un univers fabriqué pour le cinéma.". Il a érigé la plupart de ses décors dans une maison à trois étages à Laguna Canyon (Californie)

Le montage

Malgré la durée limitée du tournage, le montage du film a demandé beaucoup de temps à Will Merrick et Nick Johnson. Dont le travail a d’une certaine manière débuté avant même le tournage principal. Auprès d’Aneesh Chaganty qu’ils ont aidé à réaliser le prototypage du film. Will Merrick explique : "Nous avons commencé à travailler sur le montage du film sept semaines avant le début du tournage. En collaboration avec Aneesh, nous avons photographié les décors et fait des captures d’écran de pages web. Afin de créer une sorte de storyboard animé similaire à ce qui se fait chez Pixar. Pour avoir une idée de ce que donnerait le film. Cette animatique a ensuite servi de fil rouge lors du tournage." Le film a été entièrement réalisé avec le logiciel Premiere Pro. Ils ont choisi Premiere Pro pour sa compatibilité avec le logiciel d’effets spéciaux After Effects.

Recréer les petits détails

Nick Johnson note : "Nous avons fait appel à Neon Robotic pour qu’ils nous fournissent des modèles. Pour la réalisation de certains des visuels les plus complexes du film. Comme iMessage, Chrome, sa barre de recherche et les documents Chrome. Pour le reste, Will et moi avons utilisé Adobe After Effects et Illustrator, un logiciel de création graphique. Pour reproduire tous les éléments d’un écran d’ordinateur. Nous avons ainsi mis au point les visuels, les transitions et les mouvements du curseur de la souris avant d’animer chaque fenêtre que l’on voit s’ouvrir à l’écran.
L’histoire est entièrement racontée du point de vue du personnage de John Cho. Nous avons donc essayé d’exploiter au mieux ces brefs moments où il n’apparaît pas à l’écran. Comme l’hésitation de son curseur avant de cliquer sur un lien. Pour exprimer sa façon de penser, son état d’esprit, sa peur et son impatience."

Searching - Portée disparue, il ne connaissait pas sa fille
Merci de partager....
Étiqueté avec :                                        

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Bonjour Wolfneo, Voilà un article qui m'a énormément intéressé sur le film Searching - Portée disparue d'Aneesh Chaganty. Merci à toi pour la bande-annonce et le spot "Missing review" ainsi que celui de le spot "Quotes", ainsi que les photos, affiche et poster. Une fois encore ta rubrique Informations nous permettant d'en apprendre beaucoup sur le film, la collaboration entre Aneesh Chaganty, scénariste et réalisateur, et Sev Ohanian, scénariste et producteur. Leurs parcours à chacun, et leur collaboration avec l'autre producteur, Timur Bekmambetov. Ce dernier nous explique "le nouveau langage cinématographique". Du court-métrage au long-métrage et le prototypage ..Tu nous… Lire la suite »