The Predator Affiche France

The Predator

Titre Original
Date de sortie 17 octobre 2018Durée 1h 47min
Réalisé par Shane Black
Avec Boyd Holbrook, Trevante Rhodes, Jacob Tremblay, Keegan-Michael Key, Olivia Munn, Sterling K. Brown, Alfie Allen, Thomas Jane, Augusto Aguilera, Jake Busey, Yvonne Strahovski, Brian A. Prince, Mike Dopud, Niall Matter
Genre Action, Aventure, Horreur, Science-Fiction, ThrillerNationalité Américain

Synopsis

Les pires prédateurs de l'univers sont maintenant plus forts et plus intelligents que jamais, ils se sont génétiquement perfectionnés grâce à l'ADN d'autres espèces. Quand un jeune garçon déclenche accidentellement leur retour sur Terre, seul un équipage hétéroclite d'anciens soldats et un professeur de science contestataire peuvent empêcher l’extinction de la race humaine.

Pour regarder la bande-annonce VF The Predator

Pour regarder la nouvelle bande-annonce VF The Predator

Pour regarder la bande-annonce finale VF The Predator

Pour regarder le spot La chasse 30" VF The Predator

Pour regarder le spot Les proies 30" VF The Predator

Photos

 

Site Officiel
Facebook
Twitter

Informations

The Predator : des confins de l’espace jusqu’aux fins fonds de la Géorgie du sud. La chasse refait son apparition dans une version explosive de la série Predator, réinventée par le réalisateur Shane Black (Iron Man 3, The Nice Guys, Kiss Kiss Bang Bang). Désormais, les chasseurs les plus meurtriers de l’univers ont redoublé de force et d’ingéniosité, et sont plus redoutables que jamais. Seule une équipe hétéroclite d’anciens soldats accompagnée d’un professeur de biologie de l’évolution saura empêcher l’anéantissement de l’espèce humaine.
Shane Black dirige des acteurs remarquables et est également l’auteur du scénario avec Fred Dekker. Shane Black fait une apparition dans Predator (1987), réalisé par John McTiernan, dans le rôle de Hawkins. Il est la première victime du prédateur.

The Predator Affiche France 02

L'équipe du film

Le film est produit par John Davis, qui a donné naissance à la franchise Predator. On retrouve Larry Fong à la photographie, Martin Whist comme chef décorateur, Harry B. Miller III et Billy Weber au montage. Les effets visuels supervisés par Jonathan Rothbart et Matt Sloan. On doit à Shane Black des scénarios de films sensationnels tels que L’Arme Fatale (1987). Selon les propos de Shane Black "Le Prédateur dans ce film est le plus meurtrier et le plus effrayant qui existe jusqu’à présent".

Le mythe du prédateur

Le Yautja, ce terrifiant extraterrestre qui apparaît à l’écran sous le nom du Prédateur depuis le premier film réalisé en 1987. Il a été conçu à l’origine par le maquilleur Stan Winston. Un véritable gourou des effets spéciaux, créateur également des légendaires créatures d'Alien et Terminator. "Cet aspect, humanoïde dans une certaine mesure et extraterrestre par ailleurs, provoque un choc" déclare John Davis. "Le Prédateur est le summum du chasseur" ajoute le producteur. "Il est écrasant, il a la faculté de se mouvoir avec beaucoup d’élégance et rapidement. Il peut couvrir des distances considérables en un saut et a le don de se dissimuler et de se dérober.".

L'évolution prédateur

Les différents prédateurs du nouvel opus sont un mélange entre prises de vue avec une caméra courante et des effets en images de synthèse. Tandis que celui d’origine, est incarné par un acteur de très grande taille en costume. Le Prédateur évolué est en images de synthèse. Shane Black explique qu’ils souhaitaient "réaliser une fusion sans démarcation entre les effets spéciaux et visuels. Cela suppose d’énormes compétences en images de synthèse que de rendre le Prédateur encore plus mortel.". "Ces prédateurs n’hésitent pas à trancher et à hacher menu. Nous avions carte blanche pour réaliser un vrai film d’aventures façon vieille école. Qui résume tous les genres avec lesquels on a grandi, que l’on affectionne, mais portés à une échelle supérieure", précise Shane Black.

Les personnages

Les héros au coeur de The Predator sont gentiment appelés les Tarés. Emmenés par Quinn McKenna (Boyd Holbrook), un ancien Tireur d’Elite du régiment des rangers devenu mercenaire. Ils ont rencontré dans un car de la prison militaire. Les Tarés sont un groupe d’anciens soldats atteints d’un syndrome post-traumatique. Williams (Trevante Rhodes), Coyle (Keegan-Michael Key), Baxley (Thomas Jane), Lynch (Alfie Allen) et Nettles (Augusto Aguilera) se connaissent à travers leurs consultations en thérapie de groupe. Olivia Munn interprète une biologiste de l’évolution, la Dr. Casey Brackett. L’actrice déclare que "Casey est une pointure dans son domaine, ses recherches ont pour objet d’évaluer comment les créatures changent et s’adaptent.".

Stargazer

Cela fait quelque temps déjà que les prédateurs viennent sur Terre et chassent des humains, ce n’est plus vraiment un secret. Le gouvernement a créé une agence de défense exclusivement dédiée à la protection des humains face à une intrusion de prédateurs. Le projet Stargazer a été initialement conçu comme un laboratoire gouvernemental top-secret de haute technologie. Dans lequel des études seraient menées sur des prédateurs capturés. "L’histoire derrière ce projet révèle en réalité que le gouvernement avait besoin de nier les faits de manière plausible, et l’a donc confié à la CIA", explique le scénariste Fred Dekker.

Le prédateur

Le film marque le début de carrière de Brian Prince. L’acteur de plus de deux mètres et adepte de parkour (Yamakasi), tient en effet le rôle-titre. Une fois le costume du Prédateur enfilé, il surplombe tout le reste du haut de ses 2,15 m. "La tête pèse 5 kilos, le corps en fait plus de 20 ! J’étais toujours à la recherche d’une position confortable. Les gens pensaient que je me reposais, mais j’étais en plein travail !" explique Brian Prince. Voir et entendre ont aussi été un défi. L’une des têtes était mécanique, avec engrenages motorisés à l’intérieur pour bouger des éléments sur le visage du Prédateur. Brian Prince devait aussi porter des lentilles de contact de couleur vive, ce qui lui brouillait la vision. Le masque a été créé d’après un moulage de la tête de Brian Prince.

Un costume chaud et inconfortable

"Ils m’ont dit de me préparer à ce que ça allait être", raconte-t-il. "Il fait très chaud dans le costume, vraiment très chaud, et il est contraignant. Mais je viens de Géorgie, là-bas, il fait très humide l’été, je me suis donc dit que j’y arriverais. Quand même, c’était plus chaud que tout ce que j’aurais pu imaginer !" L’une des choses qui a beaucoup surpris Brian Prince a été le fait d’avoir besoin d’aide, non seulement pour enfiler le costume, mais aussi tout au long de la journée, pendant qu’il le portait. "J’avais toute une équipe de gens autour de moi. Ils ont été incroyables, je ne pouvais rien faire sans eux, même pas le simple fait de me baisser pour ramasser quelque chose, ou boire et manger, ce que je ne pouvais m’empêcher de faire !"

Vêtir le prédateur

La créatrice des costumes Tish Monaghan n’avait jamais vu le film original avant de commencer à travailler sur The Predator. "Shane Black nous demandait de ne nous référer qu’au premier film, j’ai donc commencé mes recherches là-dessus", se souvient-elle. "Au début, il souhaitait quelque chose de noir. Je me suis donc penchée sur des sources telles que les minéraux, les fossiles, n’importe quoi avec une coloration intéressante. Je voulais faire ressortir des accents phosphorescents. Utiliser l'aspect du Prédateur original, cette armure minimaliste en mailles et ses costumes variés qu’il utilisait comme arsenal. Je savais que Shane aspirait à une version plus perfectionnée. J’ai cherché à rassembler des éléments de ce costume qui pourraient être incorporés à une combinaison spatiale, puisque c’était ce que le Prédateur allait porter.".

Les vêtements des autres protagonistes

Les Tarés sont habillés en civils lorsqu’ils rencontrent McKenna dans un car de prison militaire. Mais ils enrichissent leur garde-robe après avoir rencontré un péquenaud. Celui-ci revend du stock militaire, y compris des uniformes, dans son camping-car. "Shane voulait rendre hommage au film original. Il a pensé qu'une fois qu’ils ont entrepris de s’unir derrière la figure de McKenna. Ils prennent une apparence similaire et se ressemblent les uns les autres ", explique la styliste. "Nous avons voulu rester dans une palette olive, terne, dans le vert des uniformes militaires. Chacun conserve tout de même des particularités dans son costume, mais nous voulions qu’ils représentent visuellement une équipe. Chaque acteur et actrices ont pu personnaliser leurs costumes.

Lieu du tournage

Le film a été tourné dans la ville de Vancouver et ses environs entre fin février et début juin 2017. Avec des prises de vue additionnelles en mars 2018.
"Il pleut à Vancouver, c’est bien connu. Vous pouvez être sûr qu’entre octobre et avril le temps sera sombre, maussade et humide", rapporte le producteur exécutif Bill Bannerman. "Vous pouvez aussi être sûr qu’autour de Noël, il neigera probablement pendant une journée, et puis cela s’arrêtera.". Mais l’année dernière, il a dû neiger cinq fois. Toute la population de Vancouver disait : "On n’a jamais vu une météo pareille en quarante ans ! C’est le temps le plus froid, et le plus humide de tous les temps."

Le décor du Stargazer

"Nous avons débuté le travail sur le décor du Stargazer. 25 semaines avant que le tournage ne commence", poursuit Bill Bannermann. "La construction du vaisseau, du laboratoire et des marais a eu lieu en même temps sur notre plateau. En conséquence, plus de 500 sculpteurs, charpentiers, électriciens et câbleurs ont été sollicités pour le montage de ces décors. Tout le monde se marchait un peu dessus, mais d’une manière très organisée, travaillant simultanément pour achever le projet à temps. Cela a a pris sept à huit mois pour que tout soit mis en place.". Bill Bannermann se rappelle : "L’unité principale était composée d’environ 250 personnes, la seconde en comptait 150". Il précise : "L’unité aérienne (dirigée par lui-même) alternait entre 15 et 40 personnes. Puis l’unité plaque était à peu près équivalente. Ainsi, à l’apogée de la production, il y avait à peu près de 800 personnes.".

Studios et véritables lieux

Parmi les différents plateaux créés aux Mammoth Studios dans les environs de Vancouver. On trouve le laboratoire, le vaisseau Ark du Prédateur et le marais, construit en deux parties, le haut et le bas d’une falaise.
L’extérieur de Stargazer a été créé en composant avec deux véritables lieux. Le Barrage de Cleveland au nord de Vancouver et la station d’épuration Lulu Island à Richmond. L’un des superbes clins d’oeil à l’histoire et à la franchise Predator se trouve dans les tunnels et la zone de visualisation du Stargazer. On y découvre une présentation de très grande qualité des armes et de la garde-robe qui "sont des accessoires originaux des films précédents", rapporte Martin Whist.

Le directeur de la photographie

Larry Fong, directeur de la photographie, se souvient de Shane Black expliquant qu’il souhaitait mélanger les genres d’horreur et d’action. "Shane préfère parfois éviter de parler strictement de technique, j’essaye alors d’interpréter ses envies et ses paroles et de les traduire visuellement.", remarque-t-il.
La différence d’échelle a également représenté un défi, les humains, les semi-humains, le Prédateur, et un prédateur géant. "Les différences de taille sont compliquées, mais pas impossibles", explique Larry Fong. "J’ai tourné Kong : Skull Island (2017) avec un singe de plus de 30 mètres et des humains, et nous nous sommes plutôt bien débrouillés ! Certains diront que le format anamorphique (écran 2:40) peut être problématique avec de larges créatures ou autres monstres.".

Le nom de code

Lors du tournage, le nom de code pour la production de The Predator était "Ollie". Ollie est le nom du chien de Shane Black, un pitbull de trois ans. Un autre pitbull apparaît dans le film, pourchassant le petit Rory. Il y a aussi des chiens prédateurs. Et le personnage d’Olivia Munn, Casey, apparaît dans une scène avec un chien.

Le chien d'Olivia Munn

En réalité, l’un des deux chiens d’Olivia Munn, Chance, joue le chien de Casey. "Mon chien Chance joue le chien dans le film, ce que je trouve très mignon", rapporte-t-elle. "C’était vraiment bien, en partie parce que dans une des scènes, mon personnage s’en va. Et Chance est retenu par un agent de la CIA. Je ne sais pas si ce plan sera retenu au montage. Mais c’est tellement sa petite bouille quand il me regarde m’en aller. Il n’y a qu’un chien et son maître pour partager un moment comme celui-là ! J’étais très fière de lui. J’ai pu l’amener, car l’autre chien ne parvenait pas à retenir son rôle. Chance est alors entré en scène à la rescousse pour tous les sauver."

The Predator (2018), la chasse a évolué, film de Shane Black
Merci de partager....

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses aux fils de discussion
0 Suiveurs
 
La plupart des commentaires ont réagi
Le fil de commentaires le plus chaud
1 Auteurs de commentaires
kiki Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Plus récent Plus ancien Plus voté
Me notifier des
kiki
Editeur
kiki

Bonjour Wolfneo, Je commence la semaine avec la lecture de ce formidable article sur le film The Predator de Shane Black. Merci à toi pour les trois bandes-annonces, le spot La chasse 30 et celui de Les proies 30". Ces vidéos sont superbes et je le trouve encore plus monstrueux The Predator que celui du film de 1987, mais je peux me tromper. En tout cas, il est très réussi, il n'hésite pas à trancher et à hacher menu. Tes photos sont une fois encore impeccables, et comme à chaque fois, j'apprécie vraiment ta rubrique Informations qui nous permet de… Lire la suite »